Situation fiscale "inacceptable", selon Le Maire — Airbnb

10 Août, 2017, 13:44 | Auteur: Eugenie Lecerf
  • Bruno Le Maire réaffirme la position de Paris sur le différend fiscal avec Google

"Inacceptable ": c'est ainsi que le ministre de l'Économie a qualifié la situation fiscale d'Airbnb devant l'Assemblée nationale.

Airbnb, comme la plupart des multinationales du numérique, a trouvé une parade pour payer le minimum d'impôts en France: facturer le gros de son activité hexagonale en Irlande, là où l'imposition sur les sociétés est particulièrement douce (12,5%, contre 33% en France).

Dans une réponse au député du parti gouvernemental La République En Marche, Benjamin Dirx (REM), M. Le Maire est revenu sur le cas d'Airbnb, la plateforme de locations temporaires, qui a payé moins de 100.000 euros en 2016 au fisc, alors que plus de 10 millions de Français ont utilisé le site, comme l'a révélé lundi le le Parisien.

"C'est le droit d'Airbnb d'opérer en France". "Ce sont des dizaines de millions de chiffre d'affaires réalisées par ces plateformes du numérique et seulement quelques dizaines de milliers d'euros qui sont perçues par le Trésor public français ".

Dans ce contexte est prévu, au prochain conseil des ministres européens qui se déroulera le 15 septembre à Tallinn (Estonie), le dépôt d'une proposition franco-allemande spécifique à la fiscalité du numérique.

Cette déclaration, faite en référence à la fiscalité des plates-formes numériques comme Airbnb, on la doit à Bruno Le Maire.

Évoquant l'initiative franco-allemande en la matière, le ministre a expliqué que celle-ci aurait pour objectif d'obtenir "une taxation de toutes les plates-formes du numérique, de tous les géants du numérique", qu'il s'agisse de Google, d'Amazon ou de Facebook.

Sans aller jusqu'à harmoniser les taux d'impôt des Etats membres, c'est une proposition d'"assiette commune" qui tente d'être mise en place.

Recommande: