Quelles sont les options militaires de Donald Trump — Corée du Nord

11 Août, 2017, 15:30 | Auteur: Valentin Naude
  • Reuters

En effet, les tensions augmentent entre la Corée du Nord et les Etats-Unis depuis plusieurs semaines dans le Pacifique.

Les propos incendiaires de M. Trump sont autant "d'absurdités", a déclaré le général Rak-Gyom, commandant des forces balistiques nord-coréennes, cité par l'agence officielle KCNA. "Mon premier ordre en tant que président a été de rénover et moderniser notre arsenal nucléaire". Donald Trump est-il prêt à jouer au poker menteur avec Kim Jong-Un comme Kennedy l'avait fait avec Khrouchtchev lors de la crise des missiles cubains de 1962? Mais c'est sans compter sur Donald Trump pour répondre aux menaces avec plus de menaces. Pyongyang pourrait ainsi embarquer une bombe nucléaire sur un petit bateau de pêche difficilement détectable pour la faire exploser dans un des grands ports du sud. Les conséquences d'une confrontation militaire seraient catastrophiques, pour la péninsule coréenne et au-delà. Mais de son côté, Pyongyang, en multipliant ses tests nucléaires et balistiques, a démontré que sa force nucléaire était une vraie menace.

Ces tirs, s'ils se concrétisent, représenteraient la pire provocation de Pyongyang à ce jour. Si la Corée du Nord poursuit dans cette voie, elle fera face à " une puissance de feu et une fureur telles que le monde n'en a jamais vu ". "À la fin du conflit, la Corée serait unifiée".

Le Japon et la Corée du Sud ont promis une réponse musclée si la Corée du Nord lance ses missiles. "Elle devrait donc intervenir".

Mais outre les provocations, l'élément décisif semble être la Chine.

Elle "conduirait à des centaines de milliers de victimes potentielles, y compris étrangères", estime Antoine Bondaz, spécialiste de la Corée du Nord, sur franceinfo. Alors que les experts estimaient jusqu'à présent que l'armement nord-coréen était encore loin de pouvoir représenter une menace directe sur les Etats-Unis, la donne changerait considérablement si les 30 à 60 ogives nucléaires dont disposerait la Corée du Nord pouvaient être envoyées sur une longue distance.

La Corée du Nord comme les États-Unis n'ont donc aucun intérêt à déclencher cette guerre. "Le problème", estime Corentin Sellin, "c'est la double imprévisibilité des acteurs principaux". Cela montre que la rhétorique diplomatique habituelle de Washington n'a pas permis de dissuader le régime de Kim Jong-un. "Un président qui a fait de son imprévisibilité sa doctrine", rappelle Corentin Sellin.

Recommande: