Perquisitions en Belgique et aux Pays-Bas — Oeufs contaminés

13 Août, 2017, 01:21 | Auteur: Valentin Naude
  • Cinq entreprises françaises

Interrogé par L'Express, Emmanuel Puskarczyk médecin toxicologue du Centre antipoison de Nancy affirme qu'il faudrait manger au moins "une dizaine d'oeufs contaminés en une seule fois pour que ce soit potentiellement toxique". D'après le ministère de l'agriculture, " aucun œuf issu de cet élevage n'a été mis sur le marché ".

"Ce 10 août 2017, deux opérations simultanées ont eu lieu en Belgique et aux Pays-Bas, a déclaré le parquet d'Anvers dans un communiqué". Il est strictement interdit d'usage chez les animaux destinés à la consommation humaine. En clair, un prestataire de l'éleveur lui a vendu du Fipronil.

Rapidement, les autorités, par mesure de précaution, ont ordonné " la suspension de mise au commerce des oeufs en l'attente des résultats des prélèvements officiels".

La NVWA était informée de l'utilisation de fipronil dans des étables, mais pas de sa présence dans des œufs, a souligné l'inspecteur général Rob van Lint à RTL Nieuws. La livraison portait sur environ 295 000 oeufs. L'agence ne s'appuie toutefois pas sur des analyses des œufs actuellement incriminés mais sur plusieurs études déjà disponibles sur cette substance. En Belgique, 80 élevages sont concernés.

Produits aux Pays-Bas et exportés, en majorité, en Allemagne, les oeufs ont été retirés de la vente car ils présentaient un risque pour la santé de l'homme.

La Belgique est officiellement alertée début juin par un exploitant. Deux sociétés sont pointées du doigt: la société néerlandaise ChickFriend, spécialisée dans le désinfection d'élevages avicoles, et son fournisseur belge Poultry-Vision.

Les informations ont visiblement mis du temps à émerger: les autorités belges ont alerté la Commission européenne le 20 juillet. Les oeufs testés qui s'avéreront propres à la consommation retourneront sur le marché. La Belgique a procédé à des retraits préventifs et discrets dès le mois de juillet. La Suisse et Hong Kong sont également sur la liste. Au total ce sont 15 pays qui sont concernés. Une exposition à long terme à de grandes quantités du produit peut endommager la glande thyroïde, le foie et les reins, et possiblement provoquer des convulsions. Les oeufs contaminés présentent a priori des risques limités pour la santé du consommateur. Son utilisation est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l'Union européenne, mais reste courante dans de nombreux produits antiparasitaires pour animaux de compagnie. Des inquiétudes existent sur les produits transformés contenant des oeufs, comme la mayonnaise.

Vendredi 11 août, Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, a évoqué les premiers résultats de l'enquête menée sur les lots d'oeufs contaminés par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (ANSES) au micro de RMC.

Cette critique a été relayée en creux par son homologue français Stéphane Travert, qui a également égratigné la Belgique au passage, en exprimant son souhait d'avoir à l'avenir "des échanges beaucoup plus fructueux et beaucoup plus rapides" avec ces pays en pareille situation.

Recommande: