Mise en garde à Pyongyang " peut-être pas assez dure ", dit Trump

11 Août, 2017, 19:13 | Auteur: Valentin Naude
  • Trump: Pékin dénonce

Alors que le pays avait déclaré qu'il se préparait à l'éventualité de tirer des missiles vers une île américaine, on en sait un peu plus sur les éventuelles démarches des militaires nord-coréens.

La chancelière Angela Merkel s'est opposée vendredi à toute "solution militaire" face à la Corée du Nord et a dénoncé l'actuelle escalade verbale entre Pyongyang et le président Donald Trump, qui ont menacé de recourir aux armes.

Cette guerre rhétorique autour des programmes balistique et nucléaire de Pyongyang alimente les craintes d'une erreur de calcul aux conséquences catastrophiques.

Située dans le Pacifique-ouest, à quelque 3.500 km de la Corée du Nord, Guam compte des installations stratégiques américaines - bombardiers lourds à longue portée, chasseurs et sous-marins - qui participent régulièrement à des démonstrations de force sur et près de la péninsule coréenne, à la grande fureur de Pyongyang.

Plus mesuré, le ministre américain de la défense, Jim Mattis, a insisté jeudi sur la nécessité d'obtenir "des résultats diplomatiques ". Guam, où vivent 162 000 habitants, est également équipé d'un bouclier antimissiles THAAD. Le président américain a affiché sa conviction que les lignes allaient bouger sur ce front. Je pense que la Chine fera beaucoup plus (...) Ils savent ce que j'en pense. "Cela ne va pas continuer comme ça", a-t-il assuré.

Y a-t-il du Dr Folamour en Donald Trump?

Interrogé sur de possibles frappes préventives contre la Corée du Nord, Donald Trump est toutefois resté vague, se contentant de déclarer que les Etats-Unis se préparent "à de nombreux scénarios différents (...) Si la Corée du Nord fait quoi que ce soit - ne serait-ce qu'en songeant à attaquer des gens que nous aimons, ou nos alliés, ou nous-mêmes - ils devront vraiment s'inquiéter".

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a annoncé que son plan d'attaque de l'île américaine de Guam avec des missiles intermédiaires sera prêt à la mi-août et que son déclenchement dépendra de la décision du leader suprême du pays, Kim Jong Un, a rapporté jeudi l'agence de presse officielle KCNA.

L'armée nord-coréenne apportera les touches finales à son projet contre Guam d'ici la mi-août et le soumettra pour évaluation au jeune dirigeant nord-coréen, a-t-il ajouté. Ils s'abîmeraient ainsi à l'extérieur des eaux territoriales américaines.

La région risque "une mini-crise des missiles cubains", a jugé John Delury, professeur à l'Université Yonsei de Séoul.

Recommande: