L'opposition kényane dénonce "une mascarade" et écarte un recours en justice

12 Août, 2017, 13:06 | Auteur: Valentin Naude
  • L'opposition kenyane proclame Odinga président

Pour rappel, la proclamation des résultats en 2007 était suivie de violences faisant plus d'un millier de morts.

L'opposition a immédiatement rejeté ce résutat, et les supporters de M.Odinga ont qualifié ce scrutin de "mascarade", s'en remettant au peuple pour juger la réélection du chef de l'Etat sortant Uhuru Kenyatta.

L'opposition avait pourtant adopté un ton conciliant vendredi après-midi après les appels au calme et à la retenue émanant de la communauté internationale, se disant prête à accepter les résultats sous réserve d'avoir accès aux données brutes des serveurs informatiques de l'IEBC.

Les élections générales de mardi se sont déroulées dans le calme, mais le climat s'est détérioré à mesure que l'opposition a multiplié ses accusations de fraude.

Les observateurs internationaux de l'élection ont déclaré qu'ils n'avaient vu aucun signe de fraude durant le scrutin.

Dans ce contexte tendu, les prochaines déclarations de Raila Odinga seront déterminantes, alors que des affrontements sporadiques et localisés ont opposé police et partisans de l'opposition mercredi.

Dès l'annonce des résultats, le bidonville de Kibera, un bastion de l'opposition à Nairobi, a été le théâtre de scènes de pillage, selon un journaliste de l'AFP, alors que les partisans de M. Kenyatta laissaient éclater leur joie dans les fiefs du parti au pouvoir.

Le camp de M. Odinga avait présenté jeudi une lettre de réclamation auprès du président de l'IEBC, exigeant que la commission le déclare gagnant des élections.

Ces résultats provisoires ont créé une intense crispation dans les rangs de l'opposition Nasa, pour qui c'est le candidat Raila Odinga, le challenger d'Uhuru Kenyatta, qui a remporté le scrutin. "Les gens veulent la justice", a-t-il ajouté.

En outre, M. Odinga livre certainement sa dernière grande bataille politique, lui qui s'est présenté quatre fois à la présidentielle. De son côté, le président Kenyatta, issu de l'élite économique kikuyu, l'ethnie la plus nombreuse, a mis en avant le développement économique du pays, avec notamment la nouvelle ligne ferroviaire entre Nairobi et Mombasa. Uhuru Kenyatta a été élu président kenyan en 2013.

Mais Raila Odinga, 71 ans, conteste ces résultats dont il a affirmé à plusieurs reprises, sans apporter de preuve, qu'ils étaient faux. Dans trois autres comtés, des femmes semblent en passe d'obtenir des postes de gouverneurs, pour la première fois de l'histoire de ce pays.

Recommande: