Les résidents d'une maison de retraite privés de douche — Loire-Atlantique

10 Août, 2017, 04:18 | Auteur: Eugenie Lecerf
  • Dans une maison de retraite allemande

"Pour le site de Paimboeuf elles sont cinq (aides-soignantes) pour 58 résidents le matin pour faire les toilettes" déplore Sandra Pinel, infirmière et déléguée syndicale CGT de l'hôpital du Pays de Retz, "ce qu'on voudrait c'est qu'il y ait une aide-soignante en plus le matin, une en plus le soir, une infirmière en plus et aussi un agent du pôle hotelier en plus chaque jour". "S'il y avait plus d'échanges, il y aurait moins d'antidépresseurs et de somnifères", regrette-t-elle. Une situation qui n'est pas sans rappeler celle de l'établissement des Opalines, qui avait entamé la grève " la plus longue de France " il y a quelques semaines. Son dernier bain remonterait, lui, au mois de mai. Jeanine Pichavent décrit, à 84 ans, des horaires variables, des conditions insupportables: " On ne me lève jamais à la même heure 9h, 11h30...

Les résidents critiquent ce triste quotidien qui n'équivaut pas à une vie selon eux.

Les aides-soignantes sont bien conscientes des dysfonctionnements et ne sont pas satisfaites de cette réalité.

Dans quelques années, c'est moi qui serai résidente ici. "On estime qu'un résident dort huit heures, a quatre heures trente de soin et, au mieux, deux heures d'animations, détaille Guillaume Gandon, animateur permanent". Et maintenant j'ai honte de la manière dont on les traite. "Le reste? C'est un ennui que nous-mêmes, on ne supporterait pas". "Plusieurs CDD ont également été recrutés pour l'été afin de remplacer les personnels qui souhaitent avoir trois semaines de vacances consécutives". Elle a aussi annoncé faire appel à trois personnes en service civique pour renforcer l'animation. "Et je n'ose pas imaginer dans quelles conditions", confie une aide-soignante.

Recommande: