Le cardinal Barbarin reconnaît des "erreurs" — Pédophilie

13 Août, 2017, 08:05 | Auteur: Valentin Naude
  • Le cardinal Barbarin ici lors d'un audience au Vatican pour les personnes en situation de précarité en novembre 2016.- RV

Le cardinal Barbarin, qui devrait comparaître le 19 septembre prochain devant le tribunal correctionnel de Lyon à la demande de victimes présumées du père Bernard Preynat, précise également que le procès canonique - interne à l'Eglise - de ce dernier a été suspendu pour respecter la procédure judiciaire en cours.

L'affaire du père Bernard Preynat, prêtre lyonnais soupçonné d'agressions sexuelles sur de jeunes scouts dont il avait la charge entre 1986 et 1991, a valu à Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, d'être visé par des plaintes pour non dénonciation. Le cardinal a été informé dès 2007 des agissements du père Preynat, lequel a reconnu les faits. Monseigneur Barbarin s'est alors tourné vers Rome pour demander ce qu'il devait faire à propos de faits anciens. En février 2016, une enquête a été ouverte par le parquet de Lyon pour juger de l'attitude de la hiérarchie ecclésiastique. La décision de retirer le Père Preynat de sa paroisse est devenue effective à l'été 2015.

"Je réalise aujourd'hui que ma réponse d'alors n'était pas à la mesure de l'enjeu", déclare l'archevêque de Lyon dans l'interview publiée par "Le Monde", en expliquant qu'il avait été confronté à la question d'un signalement de faits qui dataient "d'il y a quinze ou vingt ans". Je trouve injuste qu'on utilise le verbe 'couvrir', car ça veut dire: 'Tu sais qu'il se passe des choses et tu fais comme si tu ne savais pas'.

"Comme l'ont dit et redit les magistrats du parquet, je n'ai rien couvert du tout", déclare-t-il au Monde, en indiquant avoir mis en place des mesures de contrôle et de prévention renforcées dans son diocèse. "C'est cela qui a été erreur, poursuit-il, la non-rétroactivité est une notion juridique, mais pas sociale". Certains disent que ce n'est pas possible, et qu'un pédophile recommence inéluctablement. Mais c'est une loi qui tombe en 2014.

Le cardinal Barbarin reconnaît une "autre erreur", vis-à-vis des victimes. Pourtant, les familles de victimes ne comprennent pas comment Bernard Preynat a pu rester prêtre tant d'années. L'archevêque souhaiterait que le pape François reçoive les victimes pour que "leur souffrance soit entendue". "Le cardinal O'Malley, qui dirige la commission pontificale contre les abus sexuels, voudrait une lettre signée du pape pour chacune des victimes".

Recommande: