La Corée du Nord précise son plan d'attaque sur Guam

13 Août, 2017, 16:38 | Auteur: Valentin Naude
  • LES PROGRÈS TECHNOLOGIQUES NORD-CORÉENS ALARMENT LE JAPON

Au cours d'un entretien téléphonique avec le gouverneur de Guam Eddie Calvo, le président américain, Donald Trump, a "assuré" que "les forces américaines sont prêtes à garantir la sûreté et la sécurité de la population de Guam", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué, pressant Pyongyang de "cesser son comportement provocateur et porté à l'escalade".

Le territoire américain de Guam, île du Pacifique dépendante du tourisme, veut profiter de sa soudaine notoriété en tant que cible potentielle d'attaques nord-coréennes pour rassurer et attirer de nouveaux visiteurs. "Ils leurs arriveraient des choses qu'ils n'ont même pas imaginés", a prévenu le président américain.

"Pour être honnête, je suis plus inquiet des projectiles provoqués par des typhons quand nous avons des vents violents que des projectiles que Kim Jong-Un menace de lancer sur Guam", a plaisanté Janice Furukawa, une mère de 58 ans, alors qu'elle préparait son kit d'urgence anti-typhon à son domicile de Piti dans l'ouest de Guam. " Quatre missiles seront tirés simultanément et survoleront les préfectures japonaises de Shimane, Hiroshima et Koichi", explique l'armée.

C'est tout naturellement que Kim Jong-un a décidé de tourner ses têtes de missiles vers ce bout de terre perdu au milieu du Pacifique: il servirait de base américaine en cas de guerre avec la Corée du Nord.

Dans ce climat tendu, l'Union européenne a annoncé jeudi avoir ajouté de nouvelles personnalités et entités nord-coréennes sur sa liste noire, qui comprend désormais 103 personnes et 57 entités, dont la banque étatique Foreign Trade Bank (FTB). Le professeur Yang Moo-Jin, de l'université des Études nord-coréennes de Séoul, souligne le caractère inhabituel des précisions fournies par Pyongyang.

Guam, île reculée du Pacifique de quelque 550 km2, est un avant-poste clé pour les forces américaine, stratégiquement situé entre la péninsule coréenne et la mer de Chine méridionale.

Cette déclaration intervient en pleine recrudescence des tensions entre Pyongyang et Washington.

"L'interprétation nord-coréenne de la rhétorique de Washington diffère de l'interprétation occidentale des menaces habituelles de Pyongyang". "Dix millions de coeurs s'enflamment avec la promesse de défendre la mère patrie jusqu'à la mort", proclamait une banderole.

Mais le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a dit ne pas croire à une attaque imminente vers Guam et exprimé l'espoir que la diplomatie prenne le dessus dans la crise. Arrêté en janvier 2015, il avait été accusé d'actes subversifs contre le régime nord-coréen, ce que les autorités canadiennes ont toujours vigoureusement démenti.

Recommande: