Des œufs contaminés au fipronil, livrés dans le Maine-et-Loire

09 Août, 2017, 16:07 | Auteur: Christine Vaugrenard
  • Maine-et-Loire Des œufs contaminés livrés en Maine-et-Loire

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) considère le fipronil comme " modérément toxique " pour l'homme, en grande quantité, et les autorités sanitaires se veulent rassurantes.

Ce mardi 8 Août, des agents de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) de Maine-et-Loire investissent l'usine de la société IGRECA pour suspicion d'œufs contaminés.

Des lots d'œufs contaminés au fipronil - un insecticide - ont été livrés le mois dernier en France, plus précisément dans deux établissements de fabrication de produits à base d'œufs, dans le Maine-et-Loire et en Vienne. Les premiers résultats de ces analyses sont négatifs pour le moment. "Nous sommes une entreprise sérieuse tournée vers l'international et qui réalise 70% de son chiffre d'affaires à l'export", souligne la société. Nous subissons malheureusement une situation dont nous ne sommes pas maîtres." poursuit Igreca dans son communiqué, "Nous n'avions évidemment pas connaissance de la non conformité de ces marchandises que nous avons reçues. L'une, basée à Seiches-sur-le-Loir (Maine-et-Loire), près d'Angers, est l'entreprise Igreca, leader mondial des ovoproduits (blanc ou jaune d'œuf concentré liquide).

L'entreprise Samo, située à Mirebeau dans la Vienne et spécialisée dans la fourniture de produits dérivés d'œufs pour l'industrie agroalimentaire, a, elle aussi, été destinataire en juillet de lots d'œufs contaminés au fipronil, a-t-elle indiqué mardi à l'AFP. Les analyses qui y ont été menées se sont avérées positives, "mais aucun oeuf issu de cet élevage n'a été mis sur le marché", a indiqué le ministère, qui a annoncé que ces oeufs "seront détruits". Selon Stéphane Nérault, président de Samo, l'entreprise a été informée dimanche après-midi par les autorités alimentaires de la présence dans ses stocks de "huit lots" contaminés en provenance des Pays-Bas. D'ailleurs, plusieurs lots avaient été retirés des supermarchés. Des rappels de produits ont également été effectués auprès des clients de l'entreprise Samo. Elle produit environ 250 tonnes d'ovoproduits par semaine et emploie une vingtaine de salariés.

Recommande: