Un binational américain condamné à dix ans de prison pour espionnage — Iran

17 Juillet, 2017, 21:38 | Auteur: Valentin Naude
  • Le citoyen américain a été arrêté par les services du renseignement iranien

Gholamhossein Mohseni Ejei, porte-parole du pouvoir judiciaire iranien, a annoncé à la télévision iranienne, la condamnation à dix ans de prison ferme, d'un doctorant en histoire de nationalité américaine pour espionnage.

Le porte-parole de la justice n'a pas précisé l'identité de l'Américain ni la date de son arrestation, ni fourni de détails sur cette "mission d'infiltration ". "Il fournissait des informations de terrain sous forme d'articles publics, confidentiels et très confidentiels à l'équipe de recherche du département d'État américain", selon l'agence, ajoutant qu'il travaillait aussi avec divers centres de recherche.

Spécialiste de la fin du 19 Siècle et du début du 20 eurasiatique, Xiyue Wang était notamment actif au Centre d'études Sharmin et Bijan Mossavar-Rahmani de l'université de Princeton, que le site internet de la justice iranienne Mizan assure avoir des liens avec les services de renseignements israéliens et occidentaux. Son père, Bagher, aujourd'hui âgé de 81 ans et qui avait travaillé pour l'Unicef, avait été interpellé en février 2016 alors qu'il était venu en Iran pour tenter d'obtenir la libération de son fils.

Les Etats-Unis ont demandé à plusieurs reprises la libération immédiate des deux hommes.

Les autorités iraniennes l'accusent d'avoir, "sous le couvert de faire de la recherche", collecté des informations et des documents officiels au profit des Etats-Unis.

Pour rappel cette nouvelle affaire intervient en plein regain de tension avec l'Iran, alors que le président américain Donald Trump et le Congrès ont adopté une position hostile à l'égard de Téhéran. Washington accuse Téhéran d'être une "menace" régionale, qui "déstabilise" directement ou via des groupes "terroristes" la Syrie, l'Irak, le Yémen ou le Liban.

En vertu de cet accord, l'Iran, soupçonné malgré ses démentis de chercher à fabriquer l'arme nucléaire, a accepté de réduire pendant au moins dix ans ses activités nucléaires sensibles contre la levée partielle et progressive des sanctions internationales. Il doit encore être examiné par la Chambre des représentants.