Test grandeur nature réussi — Hyperloop One

13 Juillet, 2017, 13:08 | Auteur: Eugenie Lecerf
  • Suite à un premier essai de sustentation réussi la start-up Hyperloop One s'active pour procéder à un nouvel essai de son engin à très grande vitesse

C'est un test réussi, d'après la société Hyperloop One, qui la rapproche un peu plus près de son objectif d'atteindre la vitesse de 400km/h et qui marque le début d'une seconde phase de développement. La prochaine étape? Propulser l'engin-test à 400 km/h, affirme Hyperloop One. Vieille idée du monde des transports, elle a été relancée en 2013 par le milliardaire Elon Musk, déjà derrière les voitures électriques Tesla et le lanceur de satellites SpaceX.

Pendant ces quelques secondes, dans la nuit du 11 au 12 juillet en plein désert du Nevada, l'engin-test est parvenu à léviter au-dessus des rails - grâce à ce dispositif à sustentation magnétique - et à atteindre la vitesse de 112 km/h sur une piste de test de 500 mètres de long. Pour que la vitesse puisse être maximale dans le tube, il faut donc que ce dernier soit vidé de (presque) tout afin de ne pas ralentir la capsule. À propos de la réussite de ce premier test, le co-fondateur et patron de l'entreprise, Shervin Pishevar, s'est exprimé "Pour la première fois depuis plus de 100 ans, un nouveau mode de transport a été testé ".

Hyperloop One a accompli ce que personne n'a fait jusqu'ici en testant avec succès le premier système Hyperloop grandeur nature.

Le moteur, la pompe à vide, la sustentation magnétique et le frein électromagnétique ont été testés lors de cet essai.

La startup a aussi annoncé mercredi avoir construit un prototype de capsule, faite d'aluminium et de fibre de carbone, destinée à transporter des passagers ou du fret dans les tubes.

Une autre entreprise américaine, Hyperloop Transportation Technologies (HTT), cherche aussi à mettre un Hyperloop au point, ainsi que la canadienne TransPod.

Recommande: