Le concert d'un Congolais interdit après des débordements de manifestants — Paris

15 Juillet, 2017, 22:50 | Auteur: Valentin Naude
  • Image d'illustration

Le Préfet de police de Paris a annulé le concert du chanteur congolais Héritier Watanabe après ce qu'il a qualifié de débordements inacceptables de la part d'opposants Congolais. Au moins trois personnes ont été interpellées. "Les moyens appropriés sont et seront déployés pour la faire respecter", précise encore le texte, ajoutant que "dans la perspective de cet événement, des contacts réguliers ont eu lieu entre les services de la préfecture de Police et la direction de l'Olympia".

Des manifestants sont rassemblés près de l'Olympia où doit se produire l'artiste Héritier Watanabe qu'ils accusent de soutenir le régime de Joseph Kabila, samedi 15 juillet 2017. "Par des tracts, des mails, des messages sur les réseaux sociaux et des menaces téléphoniques quotidiennes, des actions d'une extrême violence avaient été annoncées aux abords et dans la salle de spectacle", ont souligné dans un communiqué les avocats de l'Olympia. Un concert avait déjà été interdit le 22 juin à la Cigale, une autre salle de concert parisienne, pour un autre artiste congolais, Fally Ipupa, après des menaces similaires, avaient-ils rappelé.

Sitôt l'annonce de l'annulation du concert rendue public, peu après 18h00, quelque 200 personnes opposées au concert d'Héritier Watanabe et rassemblées au carrefour devant l'Opéra s'en sont réjouit en levant un poing serré ou faisant un "V" de la victoire. "Parce que les gens meurent là-bas au Congo, nous on ne veut pas danser et chanter", a témoigné Lena, 35 ans, à l'AFP.

Une partie de la diaspora congolaise est très hostile aux artistes qu'ils considèrent comme pro Kabila. Le président Kabila est au pouvoir en République Démocratique du Congo depuis 2001.

Recommande: