Direct vidéo. Suivez la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice

15 Juillet, 2017, 22:04 | Auteur: Abel Leblanc
  • Submergé par l'émotion Calogero fond en larmes pendant sa chanson en hommage aux victimes de Nice

Emmanuel Macron assure qu'il "compren [d] la colère" des familles des victimes à l'encontre de l'État. "Tout sera maintenu" a promis le chef de l'État, qui a nommé mercredi la magistrate Elisabeth Pelsez "déléguée interministérielle à l'aide aux victimes".

Lors de la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le président français a rappelé son intension de faire "reconnaître les situations des victimes, le droit des victimes".

"Je ne tairai pas ici ce soir les reproches qui se sont fait jour après l'attaque". La colère de beaucoup s'est concentrée sur la puissance publique. Avachi sur sa chaise, un sourire grimaçant sur le visage, l'ancien chef de l'État est ainsi resté de longues minutes, suscitant l'indignation sur les réseaux sociaux. "Mais je veux vous dire aussi: je connais les dirigeants politiques qui alors ont pris en charge la situation. Le président François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et avec eux tous les services de l'Etat ont inlassablement combattu le terrorisme", a-t-il salué.

"Parce que le 14 juillet 2016 on a décidé de frapper la France dans son symbole de liberté, de la République, et que c'est à Nice qu'on a choisi de frapper la France, de montrer que la France est debout, ici à Nice, c'est un temps important", a ajouté l'édile.

Environ 30'000 personnes avaient afflué sur la Promenade des Anglais pour assister au feu d'artifice de la Fête nationale, souvent en famille. "Tout sera fait pour que la République, l'Etat, la puissance publique regagne votre confiance". L'exemple de dignité et de courage que vous avez donné ne peut pas, ne doit pas se heurter à la froideur bureaucratique.

Recommande: