Victoire historique pour les nationalistes corses — Législatives

19 Juin, 2017, 04:53 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • PASCAL POCHARD-CASABIANCA  AFP

C'est la première fois que des candidats nationalistes corses siègeront à l'Assemblée nationale, chambre basse du parlement français. C'est dans la 2circonscription de Corse-du-Sud, fief de la droite, que le coup le plus rude a été porté.

La victoire de Paul-André Colombani dans la deuxième circonscription de Corse-du-Sud, à 55,22 % contre 44,78 % pour son adversaire, a davantage surpris: le candidat nationaliste affrontait le député (LR) sortant Camille de Rocca Serra, qui s'était qualifié avec 6 points d'avance dimanche dernier. "Un séisme", corrige le journaliste qui l'interroge.

Michel Castellani a en effet été élu au second tour dans la première circonscription de Haute-Corse. La confirmation de la dynamique du mouvement nationaliste dans un paysage corse dominé par les grandes familles politiques annonce la fin d'un ancien monde.

En Haute-Corse, les deux circonscriptions ont été conquises par des candidats du mouvement " Pè a Corsica " (" Pour la Corse ").

Des quatre circonscriptions de l'île, seule celle du pays ajaccien résiste à l'onde de choc nationaliste. Arrivé en tête au premier tour avec 30,42% des voix, le candidat de Pè a Corsica s'est imposé dans son duel face à Sauver Gandolfi-Scheit (LR) avec 60,5% des voix ce dimanche 18 juin, selon les estimations d'Ipsos, pour France Info. La candidate de En Marche, Maria Guidicelli, est opposée au candidat du parti Les Républicains, Jean-Jacques Ferrara, au sein des locaux de RCFM à Ajaccio.

Recommande: