Un véhicule fonce sur des fidèles rassemblées devant une mosquée — Londres

20 Juin, 2017, 11:41 | Auteur: Valentin Naude
  • Piétons fauchés devant une mosquée à Londres 1 mort et 8 blessés

Pour le maire de Londres, Sadiq Khan, il n'y a pas l'ombre d'un doute: c'est bien " une attaque terroriste horrible " qui a été perpétrée dans la nuit de dimanche à lundi devant la mosquée de Finsbury Park, un quartier du nord-est de Londres. En pleine période de ramadan, de nombreux pratiquants sortaient de la mosquée aux alentours de minuit après avoir prié dans le cadre de l'Iftar, la rupture du jeûne à la tombée de la nuit. Selon un témoin cité par le "Mirror", l'homme aurait crié: "Je vais tuer tous les musulmans, je vais tuer tous les musulmans!"

"Toutes les victimes faisaient partie de la communauté musulmane", a indiqué un responsable de l'anti-terrorisme, Neil Basu, lors d'un point presse, en précisant que la police devait encore établir si le décès d'un homme sur place était ou non lié à l'attaque.

"À l'étape actuelle, la police estime que le terroriste a agi seul", a indiqué Mme May, intervenant lundi à l'issue d'une réunion extraordinaire du comité COBRA (Cabinet Office Briefing Room, un dispositif de coordination des secours mis en place en Grande-Bretagne en cas de catastrophe, ndlr.), qui réunit des représentants de la police, du gouvernement et des services secrets. Une voiture a percuté des passants, puis trois terroristes ont agressé les passants, tuant huit personnes, avant d'être éliminés par la police. Ce prêcheur d'origine égyptienne a été condamné à la prison à perpétuité en janvier 2015 aux Etats-Unis pour onze chefs d'inculpation liés à un prix d'otages et pour terrorisme. "Notre détermination à contrecarrer [les actes de terrorisme] sera la même quel que soit leur responsable", a déclaré Theresa May.

Le Conseil musulman du Royaume-Uni (MCB), organisation représentative des musulmans britanniques, a dénoncé le fait que " ces dernières semaines et mois, les musulmans ont enduré beaucoup d'actes d'islamophobie ". La direction avait condamné en 2015 les attentats de Paris et recevait depuis des menaces.

"Nous avons vu beaucoup de personnes crier et beaucoup de blessés", a déclaré David Robinson, 41 ans, un témoin arrivé sur les lieux après l'incident. "Nos prières vont aux victimes", a-t-il ajouté.

Selon des témoins, trois hommes se trouvaient à bord du véhicule, deux d'entre eux ont réussi à se sauver.

La police a coupé la circulation autour des lieux et dressé un cordon de sécurité. Cet événement se produit dans un climat d'extrême fébrilité au Royaume-Uni, frappé par trois attentats islamistes en trois mois, dont deux impliquant des véhicules ayant fauché des piétons.

La reine Elizabeth II a adressé samedi à ses sujets un message d'une gravité inhabituelle. "Cette année, il est difficile de ne pas ressentir la très sombre humeur nationale ", a-t-elle déclaré, en invitant les Britanniques à puiser dans leurs ressources, dans leur Histoire, pour répondre à la "succession de terribles tragédies " des derniers mois: trois attentats sanglants et l'incendie d'une tour de logements sociaux à Londres, qui a fait au moins 79 morts et disparus. Cinq personnes avaient été tuées.

Le 22 mai, un attentat a fait 22 morts, dont des mineurs, à la sortie d'un concert de la chanteuse Ariana Grande à Manchester.

Recommande: