Un nouveau témoin accable le MoDem — Emplois fictifs présumés

25 Juin, 2017, 23:10 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Le ministre français de la Justice François Bayrou à Pau dans le sud-ouest de la France le 18 juin 2017- IROZ GAIZKA- AFP  Archives

Une nomination étiquetée "En Marche " qui permet à Emmanuel Macron de bénéficier d'un homme très proche à l'intérieur du gouvernement, après le départ de Richard Ferrand. Il fait également l'objet d'une enquête préliminaire en Bretagne pour une affaire immobilière. Il est remplacé à ce poste par Stéphane Travers, un ancien socialiste, député de la Manche. "Cette situation exposait le président de la République et le gouvernement ", a-t-il déclaré mercredi lors d'une conférence de presse".

Faux départ? Déception dans le démarrage du quinquennat de Macron, qui promettait le changement d'époque. "On ne peut que constater la gestion intelligente d'Emmanuel Macron alors que surgissent des événements. Il saisit l'opportunité de remanier son gouvernement et s'enlève trois épines du pied", analyse ce professeur à Sciences Po Paris spécialisé dans les scandales de la République.

Nicole Belloubet et Florence Parly sont toutes deux des anciennes du Parti socialiste. Cinq nouveaux ministres ont fait leur entrée dans le gouvernement Philippe II. Avec Sébastien Lecornu et Jean-Baptiste Lemoyne, des personnalités des Républicains sont portées aux responsabilités. "François Bayrou ment quand il dit le contraire..." "Le MoDem a toute sa place dans l'engagement présidentiel et dans la majorité présidentielle, que ce soit au gouvernement ou à l'Assemblée". Mardi dernier, par déclarations interposées, François Bayrou et Édouard Philippe se sont envoyé des propos aigres-doux.

"L'élection d'Emmanuel Macron est une chance pour notre pays et une chance pour l'Europe et pour l'équilibre du monde", a encore ajouté l'éphémère garde des Sceaux.

Mais des attaques plus dures sont venues de la part de l'opposition à la majorité gouvernementale. Comment se maintenir au moment de défendre la loi de moralisation de la vie publique, quand la ministre de la Défense, qui elle-même n'est pas inquiété, décide de partir. Il l'est encore, pour la petite histoire.

A noter aussi que Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a conservé son poste alors qu'elle pouvait paraître à son tour menacée, au lendemain de perquisitions effectuées dans les locaux de Business France, organisme de promotion de la France auprès des investisseurs étrangers dont elle fut directrice générale.

" C'est une décision pour servir", a souligné François Bayrou, convaincu qu'il aiderait davantage le chef de l'Etat " avec la liberté de parole " retrouvée en dehors du gouvernement que " bâillonné ".

Quant à Florian Philippot, vice-président du Front national, il a tweeté: "Remaniement large forcé par les affaires, gouvernement désormais pléthorique: la vieille politique est déjà de retour".

Recommande: