Un homme placé en garde à vue

19 Juin, 2017, 15:28 | Auteur: Hugues Grosjean
  • Paris : NKM fait un malaise après une altercation avec un passant

Selon l'Elysée, Emmanuel Macron a adressé jeudi un message à Mme Kosciusko-Morizet "afin de prendre de ses nouvelles après l'agression dont elle a été victime" et l'a "assurée de la mobilisation des services de police afin de retrouver son agresseur".

Si Nathalie Kosciusko-Morizet doit sortir de l'hôpital ce vendredi, elle ne sera cependant pas en mesure de reprendre sa campagne. L'agresseur avait alors pris la fuite.

Nathalie Kosciusko-Morizet est sortie vendredi de l'hôpital parisien où elle avait été admise la veille après avoir été agressée par un passant alors qu'elle distribuait des tracts sur un marché de la capitale, a constaté Reuters sur place.

La candidate LR aux législatives a chuté et perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur.

Il s'agirait de Vincent Debraize, un maire d'une petite commune de l'Eure, Champignolles, qui se situe à une trentaine de kilomètres à l'ouest d'Evreux.

Selon nos informations, Vincent Debraize aurait dit aux policiers, avoir été insulté par la candidate LR et aurait alors répondu en lui arrachant ses tracts des mains pour les lui envoyer au visage. "C'est une agression grave sur une élue de la République et j'espère une réponse de l'institution judiciaire à la hauteur", a-t-il ajouté.

"Il a été identifié après des témoignages et grâce à l'exploitation de la vidéo-surveillance", a expliqué une source policière.

Conduite par les pompiers à l'hôpital Cochin dans le 13e arrondissement pour y subir des "examens médicaux approfondis", Nathalie Koscisuko-Morizet n'a pas porté plainte. Elle a finalement eu un adversaire de la majorité présidentielle face à elle, et a également dû affronter des candidatures dissidentes à droite, avec celles de Jean-Pierre Lecoq, maire du 6e arrondissement, arrivé en troisième position avec 9,17% au premier tour, et d'Henri Guaino, qui a obtenu 4,51%.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violence volontaires". Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Recommande: