Un homme interpellé après l'agression de Nathalie Kosciusko-Morizet — Paris

20 Juin, 2017, 02:34 | Auteur: Valentin Naude
  • Un passant arrache les tracts de la candidate Nathalie Kosciusko Morizet le 15 juin 2017 à Paris

"Je voudrais profiter de votre présence pour remercier tout le personnel de l'hôpital Cochin qui a été absolument formidable, ceux qui m'ont témoigné leur sympathie et leur soutien, en particulier le Premier ministre qui s'est déplacé hier et le président de la République qui m'a envoyé un message", a-t-elle poursuivi, sans revenir sur les circonstances de son agression. "Bobo de m****! "; " Retourne dans l'Essone!

La candidate les Républicains a perdu connaissance durant plusieurs minutes. Elle a subi de nombreux examens et souffre d'un traumatisme crânien. La candidate LR dans la deuxième circonscription de Paris avait reproché à sa rivale de toujours de n'avoir pour seul objectif que de la "faire perdre ". Il a été libéré et placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction d'entrer en contact ou d'approcher l'ancienne ministre de l'Ecologie. Au premier tour, NKM a obtenu que 18% des voix. La maire de Paris Anne Hidalgo a tenu à "témoigner à NKM de (sa) solidarité" et lui a souhaité "de se rétablir au plus vite après cette agression" sur Twitter. "Je condamne cet acte d'une violence insupportable ", a-t-il écrit sur son compte Twitter. Son équipe a fait savoir qu'elle donnerait rapidement des nouvelles sur son état de santé.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour violences volontaires, confiée au troisième district de police judiciaire de Paris. Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) se fait traiter de "bobo de merde" au moment où "un homme d'une cinquantaine d'années" lui prend des tracts pour les lui envoyer dans la figure. "Le ton est monté et NKM a alors brandi les tracts près du visage de mon client, de manière extrêmement rapprochée". Bousculant son poursuivant et lui faisant tomber ses lunettes, il à réussi s'échapper.

Vincent Debraize a reconnu avoir insulté Nathalie Kosciusko-Morizet, mais a réfuté tout contact physique avec elle.

Celle qui était jusque-là élue dans l'Essonne tentait pourtant de reprendre la circonscription de François Fillon, jugée "en or" pour la droite il y a encore quelques mois.

Recommande: