Richard Ferrand élu président de groupe LREM à l'Assemblée nationale

25 Juin, 2017, 05:39 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Les députés REM en séminaire pour parler travail et postes clefs
AFP  Archives
 ALAIN JOCARD AFP

L'ex-ministre Richard Ferrand a été élu président du groupe La République en marche par les députés réunis en séminaire à la résidence du président de l'Assemblée nationale samedi 24 juin.

Seul candidat, Richard Ferrand, ex-socialiste rallié de la première heure à Emmanuel Macron et devenu la cheville ouvrière d'En Marche, a été élu à main levée, moins deux abstentions, a précisé l'une de ces sources. Il faut avoir le sens de l'autorité et aussi 'cocooner' les élus", a ajouté ce proche d'Emmanuel Macron, saluant la discrétion de Richard Ferrand, " qui ne disait rien quand il présidait En Marche! Le fonctionnement du groupe et l'articulation de son travail avec celui du gouvernement est le thème central du séminaire, notamment en regard de la fronde sous le quinquennat Hollande. Sous le coup d'une enquête préliminaire dans cette affaire, le président du groupe parlementaire La République En Marche avait assuré sur RTL qu'il ne se réfugierait pas derrière son immunité parlementaire au cas où une mise en examen dans ce dossier se profilerait.

Le chef du groupe, poste stratégique, doit s'assurer que la majorité applique le programme présidentiel, tout en gérant les revendications des troupes.

Député depuis 2007, il vante son expérience (co-président du groupe écologiste dans son deuxième mandat, vice-président de l'Assemblée) et fait campagne sur la "modernisation" de l'institution dans la foulée des réformes prévues par l'exécutif (réduction du nombre de députés, limitation à trois mandats successifs, etc.). "C'est le seul qu'on connaît tous et qui nous connaît tous", a résumé un jeune élu, Gabriel Attal.

Candidat de la circonscription de Carhaix-Châteaulin, il avait été réélu dans le Finistère avec 56,53% des suffrages aux élections législatives le 18 juin.

Après un homme de droite à Matignon, plusieurs responsables REM militent pour une femme de gauche au "perchoir".

Seront évoqués la présidence de groupe - Marielle de Sarnez est pressentie, à moins qu'elle n'obtienne une présidence de commission- et les postes que le parti de François Bayrou pourrait convoiter.

Recommande: