Rappel des faits : l'affaire Grégory en 15 dates-clés

17 Juin, 2017, 15:52 | Auteur: Christine Vaugrenard
  • Le procureur général de Dijon en conférence de presse le 15 juin 2017

Jacqueline Jacob est bien l'auteure d'une lettre anonyme datée de 1983. C'est une information qui avait déjà été donnée jeudi, le procureur parlant alors de preuve "confondante, " issue, on le sait pour celle-ci, des nouvelles expertises graphologiques.

Le parquet général a requis à l'encontre du septuagénaire, grand-oncle de l'enfant dont le corps avait été retrouvé pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne, une mise en examen pour "séquestration", selon son avocat, Me Stéphane Giuranna. Il s'agit du grand-oncle et de la grand-tante de Grégory Villemin. Le couple avait été placé en garde à vue mercredi.

S'il assure qu'on "ne peut pas ne pas faire le lien entre les lettres de menace et les appels téléphoniques anonymes et la lettre de revendication, l'enlèvement de Grégory, enlèvement suivi par sa mort", Jean-Jacques Bosc ne cache pas qu'il existe encore de grandes zones d'ombre. Les deux personnes font l'objet d'une mesure d'incarcération provisoire, qui a été dictée dans le souci d'empêcher une concertation frauduleuse et toute forme de pression entre les protagonistes qui serait de nature à nuire aux investigations. "Il y a un débat (sur ce qu'ils faisaient le jour de la disparition), ils ne présentent pas, en l'état, d'alibi qui soit confirmé ou étayé ", a poursuivi Jean-Jacques Bosc. Une mise en examen qui, si il ne désigne pas explicitement Jacqueline et Marcel Jacob comme les auteurs du meurtre, s'en rapproche néanmoins. La chambre de l'instruction doit se réunir mardi matin pour décider du maintien ou non en prison des deux époux. Bernard Laroche est remis en liberté le 4 février, mais reste inculpé, avant d'être abattu le 29 mars 1985 d'un coup de fusil par Jean-Marie Villemin, qui avait annoncé son intention de faire justice lui-même, car il ne croyait pas à l'innocence de son cousin. Elle n'a donc pas répondu aux questions de la justice, qui la soupçonne d'avoir participé à l'enlèvement. Des éléments suffisants pour inculper Jacqueline Jacob selon les enquêteurs. Il n'y aucune preuve, répond Jean-Jacques Bosc, que ce ne soient pas eux qui les aient envoyés. Les grands-parents paternels de l'enfant ont été entendus comme témoins.

Un incident, cité par le procureur, a particulièrement retenu l'attention des enquêteurs.

Nous ne savons pas, en l'état du dossier, très précisément de quelle façon est mort le petit Grégory.

Rebondissements en chaîne ces derniers jours dans l'affaire de la mort de Grégory Villemin, 32 ans après les faits. Bernard Laroche, lui aussi son neveu. Lorsque sa belle-fille Christine - la mère de Grégory - est accusée d'avoir assassiné son propre fils lors d'un procès, Monique Villemin se constitue partie civile pour soutenir l'accusation.

Recommande: