Quatre ministres quittent démissionnent — France

26 Juin, 2017, 01:30 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Le ministre français de la Justice François Bayrou à Pau dans le sud-ouest de la France le 18 juin 2017Plus

Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont formé mercredi un gouvernement étoffé, après la cascade de démissions enregistrées depuis lundi, avec 30 membres contre 23 dans l'équipe précédente, une parité stricte (15 hommes/15 femmes) et une majorité (17) venus de la société civile.

Le remaniement ministériel attendu au lendemain des élections législatives en France s'avère plus compliqué que prévu. Les temps partiels qui étaient financés par l'Europe servaient les ambitions de François Bayrou. Ces allégations sont d'autant plus gênantes pour M. Macron que M. Bayrou avait présenté un projet de loi pour nettoyer la politique française, une des principales promesses électorales du nouveau président.

"Cette situation exposait le président de la République et le gouvernement (.) Je choisis de ne pas exposer à des campagnes mensongères le gouvernement et le président de la République que je soutiens", a expliqué le maire de Pau lors d'une conférence de presse au siège du MoDem à Paris.

La Cohésion des Territoires, qui avait été confiée dans le premier gouvernement à Richard Ferrand - un proche d'Emmanuel Macron fragilisé par une enquête judiciaire - échoit à Jacques Mézard, jusqu'ici à l'Agriculture. Il fait lui aussi l'objet d'une enquête pour conflit d'intérêts, relativement à des décisions prises alors qu'il dirigeait un assureur. Le gouvernement remanié, annoncé ce 21 juin 2017, comporte cette fois-ci 29 membres, dont cinq nouveaux ministres. Et il la "respecte", a indiqué son entourage à l'AFP.

Interrogé par un journaliste, François Bayrou a assuré qu'il avait proposé sa démission à Emmanuel Macron il y a deux à trois semaines. S'agit-il du FN, l'eurodéputée Sophie Montel ayant dénoncé plusieurs de ses collègues, dont Marielle de Sarnez, auprès du Parlement européen?

"Je pense que M. Macron s'est servi de M. Bayrou pendant la campagne présidentielle et, maintenant qu'il a une majorité sans le MoDem, il le jette comme un vieux torchon", a raillé Marine Le Pen, présidente du parti d'extrême droite Front national (FN).

"C'est donc un peu compliqué d'avoir quelqu'un comme François Bayrou qui a une voix dans le paysage médiatique dehors en début de quinquennat", a noté sur France 5 le président de l'Institut de sondage ELABE, Bernard Sananès.

Leur parti est visé par une enquête préliminaire sur des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen.

De son côté, Nathalie Loiseau, directrice de l'ENA, est le nouveau ministre des Affaires européennes, après la démission de Marielle de Sarnez.

Recommande: