Pas d'équilibre avant 2040 : l'avenir du système de retraites s'assombrit

20 Juin, 2017, 13:35 | Auteur: Eugenie Lecerf
  • Le président Emmanuel Macron lors des cérémonies de commémoration du 18 juin 1940 au Mont Valérien de Suresnes le 18 juin 2017  POOL  AFP  Archives

L'amélioration de la situation financière du système de retraite français devrait être plus lente que ce qui était prévu l'an dernier, selon le projet de rapport annuel du Conseil d'orientation des retraites (COR), qui doit être examiné aujourd'hui.

Selon une version provisoire du document, consultée lundi par l'AFP, le "solde financier du système de retraite" (régimes de base et complémentaires, Fonds de solidarité vieillesse inclus) devrait s'établir à -0,4% du PIB à l'horizon 2021.

Jusqu'alors envisageable pour le milieu des années 2020, le retour à l'équilibre n'interviendrait qu'au début des années 2040, dans l'hypothèse d'une croissance des revenus d'activité d'1,8% et un taux de chômage à 7%.

Le rapport de l'an dernier prévoyait pour 2020 un besoin de financement moitié moindre, atteignant 0,2% du PIB.

En effet, il faudra pour cela que la croissance des revenus d'activité soit de 1,8 % et le taux de chômage de 7 %. Les projections sont beaucoup plus sombres si les revenus d'activité progressent à un rythme inférieur à 1,5 % par an: ainsi, dans le scénario à 1,3 %, les " besoins de financement " seraient durables et atteindraient 0,9 % du PIB entre 2028 et 2039.

Des hypothèses de croissance économique moins favorables que celles esquissées en 2016 ont également pesé: en effet, le moindre accroissement du PIB " majore les dépenses de retraite en part de PIB ".

En revanche, à plus long terme, on observe une baisse des dépenses, dans trois scénarios.

Plusieurs facteurs permettent d'expliquer ces projections plus pessimistes, comme la récente révision des prévisions démographiques de l'Insee, avec l'abaissement du solde migratoire annuel ou encore l'allongement de l'espérance de vie des hommes, ou les effets plus rapides qu'escomptés de la réforme de 2010.

Pour le gouvernement d'Emmanuel Macron, qui avait promis durant la campagne d'unifier tous les régimes de retraite dans un régime unique par points sans toucher à l'âge légal de départ ou aux modalités des pensions, l'équation pourrait se compliquer.

Malgré la victoire de la République en marche (LREM), dimanche, aux législatives, le ciel s'assombrit pour Emmanuel Macron: les perspectives d'un retour à l'équilibre du système de retraite s'éloignent, passant de 2025 à 2050.

D'autant plus que l'augmentation d'1,7 point du taux normal de la CSG (contribution sociale généralisée) ne fait rien pour rassurer des retraités échaudés par le gel de leurs pensions. Ce qu'il s'est gardé de faire depuis sa création en 2014.

Recommande: