Parlement européen : l'immunité de Jean-Marie Le Pen levée

15 Juin, 2017, 06:27 | Auteur: Christine Vaugrenard
  • La présidente du FN Marine Le Pen à la sortie de l'isoloir dans son bureau de vote d'Hénin-Beaumont le 7 mai 2017

La Commission juridique du Parlement avait rappelé que selon les éléments fournis par la justice française, les propos tenus par Jean-Marie Le Pen lors de l'émission de radio n'avaient aucun rapport avec son activité de député européen, et qu'il n'y avait donc à ce titre aucune raison qu'il soit protégé par le Parlement. C'est pourquoi le bureau politique n'a pas été réuni depuis novembre 2016, remplacé pendant les campagnes présidentielle et législatives, pour ne pas avoir à subir Jean-Marie Le Pen, par "un comité stratégique de campagne" réuni au QG de campagne de Marine Le Pen. De ce fait, il est visé par une information judiciaire ouverte pour "diffamation publique" à caractère raciste. C'est la cinquième fois que le co-fondateur du Front national (FN), qui siège au Parlement européen (PE) quasiment sans discontinuer depuis 1984, se voit retirer cette protection. Cette fois, l'affaire concerne ce qu'a dit sur RTL en 2009 Jean-Marie Le Pen, expliquant que la grande majorité des faits de délinquance - 90% selon l'ex-président du Front National- était le fait des immigrés.

"C'était une façon de contourner la décision de justice pour ne pas avoir à convoquer Jean-Marie Le Pen", estime l'avocat de ce dernier, Maître Frédéric Joachim, qui affirme avoir la preuve que des commissions nationales d'investitures ont eut lieu à deux reprises sans que son client en ait été informé.

Quant à Mme Troszczynski, elle est poursuivie par le parquet de Bobigny pour "diffamation publique" à caractère raciste et "provocation à la haine ou à la violence" raciste, pour avoir diffusé sur Twitter, en septembre 2015, une photo de femmes intégralement voilées devant une caisse d'allocations familiales, photo qui s'est avérée par la suite un montage. Ils ont donc approuvé la levée de leur immunité.

Jeudi, le Parlement européen doit se pencher sur une autre demande de levée d'immunité parlementaire.

L'immunité de Marine Le Pen a déjà été levée le 2 mars dans l'affaire des tweets qu'elle avait postés, montrant des exécutions perpétrées par Daech. Une association dont la dissolution est réclamée par certains responsables politiques du FN et de la droite.

La justice française a également demandé, en avril, la levée de l'immunité de Marine Le Pen dans l'enquête sur le caractère potentiellement fictif des emplois de certains assistants parlementaires européens du FN.

Recommande: