Le PS ne votera pas la confiance au gouvernement

24 Juin, 2017, 23:21 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Jean-Christophe Cambadélis à Paris le 11 juin 2017-AFP  Archives  GEOFFROY VAN DER HASSELT

"Nous ne voterons donc pas la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe", affirme le texte adopté ce samedi 24 juin.

Ce Conseil national se tenait six jours après la déroute électorale historique des législatives, qui s'est soldé pour le PS par l'élection de seulement trente députés. Et de préciser: "A l'exception de la loi sur la moralisation de la vie publique, [.] le Parti socialiste ne peut se reconnaître dans les mesures annoncées ou déjà engagées par le gouvernement".

In fine, la réponse est tombée dans la soirée: le PS ne votera pas la confiance au gouvernement d'Édouard Philippe. Statutairement, les décisions du Conseil national s'imposent aux parlementaires, même si ceux-ci jouissent constitutionnellement d'une liberté de vote. Les membres de la motion majoritaire plaidaient quant à eux pour en rester à une formulation plus consensuelle, qui permette d'obtenir l'unanimité. "[.] Mais notre attachement à la République n'était pas un blanc-seing au projet défendu par Emmanuel Macron", peut-on lire dans cette résolution. Les députés PS, comme Delphine Batho, qui a indiqué au Figaro qu'elle ne se sentait pas obligée de suivre la consigne de son parti, seront donc libres de leur choix. Proches de Manuel Valls, David Habib et Olivier Dussopt veulent notamment voter pour la confiance, tout comme Guillaume Garot, un proche de Ségolène Royal.

Faudra-t-il les exclure du groupe s'ils contreviennent à la décision du parti?

Réélu jeudi à la tête des rescapés du groupe PS et apparentés, le député de Seine-et-Marne Olivier Faure a semblé espérer pouvoir encore convaincre ses collègues. Il a appelé chacun à la patience: " On ne converge pas en deux jours, quand on a mis des années à se déchirer. Il n'y en aura pas (.) Il faut être lucide.

Recommande: