Le bilan de l'incendie de forêt au Portugal augmente à 39 morts

19 Juin, 2017, 08:58 | Auteur: Valentin Naude
  • Des pompiers portugais luttent contre un incendie le 10 août 2016 à Macinhata do Vouga au centre du POrtugalPlus

"Malheureusement, c'est sans doute la plus grande tragédie que nous ayons connue ces dernières années sur le front des incendies de forêt", a déclaré, ému, le Premier ministre portugais Antonio Costa, qui s'est rendu samedi au siège de la Protection civile près de Lisbonne.

La plupart des victimes sont des automobilistes qui ont été piégés par le feu dans leurs voitures, alors qu'elles circulaient sur une route à proximité de la forêt. Un dernier bilan faisait état de 57 morts.

Selon le Premier ministre, des orages secs ont pu être à l'origine de l'incendie qui a ravagé sur une vaste étendue les forêts entourant la commune de Pedrogao Grande, laissant derrière lui un paysage de désolation. "Nous avons trouvé l'arbre frappé par la foudre". Le feu se serait propagé à une rapidité extrême et avec "une violence inouï", selon lui.

Un incendie fait rage depuis samedi 17 juin au centre du Portugal.

D'après le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, les flammes se sont propagées "avec beaucoup de violence" et "de façon inexplicable".

Le Portugal a décrété trois jours de deuil national à partir de ce dimanche.

"Il y a des gens qui sont arrivés en disant qu'ils ne voulaient pas mourir dans leurs maisons, qui étaient entourées de flammes", a livré l'un d'entre eux. "On avait déjà eu des incendies dans la région, mais jamais de morts", a témoigné à l'AFP Isabel Ferreira, 62 ans, qui réside dans un village des alentours.

"Je connaissais plusieurs victimes". Dimanche matin, des centaines de pompiers se battaient toujours contre les flammes tandis que de nombreuses routes ont été fermées à la circulation. Le France a décidé d'envoyer trois avions spécialisés dans l'extinction de feux. Pensées pour les victimes.

Deux autres avions espagnols et deux italiens doivent arriver lundi, ainsi que des renforts terrestres, dans le cadre du mécanisme européen de protection civile, activé à la demande de Lisbonne.

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa, qui s'est rendu sur place dans la nuit de samedi à dimanche, a fait part de ses condoléances aux proches des victimes et déclaré que les pompiers avaient fait tout leur possible pour éviter le drame.

Recommande: