L'Arabie saoudite publie une liste de "terroristes" soutenus par le Qatar

19 Juin, 2017, 10:29 | Auteur: Eugenie Lecerf
  • L'Émir du Qatar Sheikh Tamim bin Hamad al-Thani

Des pays qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha ont publié une liste de personnes et d'organisations liées à des activités "terroristes" soutenues, selon eux, par le Qatar. Dakar dit vouloir consulter son diplomate sur les suites à donner à cette crise. La Russie déplore de son côté la rupture de la coopération diplomatique engageant huit pays du Golfe et le Qatar, puisque la lutte contre la menace terroriste est plus importante que l'existence des divergences opposant les pays de la région. Cette liste contient au moins deux noms, déjà cités au plan international, comme étant des financeurs du terrorisme et contre lesquels le Qatar a pris des mesures, selon un récent rapport du département d'Etat américain. Parmi les Qataris désignés figurent des personnes et organisations originaires d'Égypte, du Bahreïn ou de la Libye.

- 20 mai: le Qatar se dit victime d'une campagne "mensongère" qui l'accuse de "soutien" au terrorisme, avant une visite du président Donald Trump en Arabie saoudite. Dakar déclare suivre "avec une vive préoccupation, la situation en cours dans la région du Golfe" et exprime " sa solidarité agissante à l'Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis, à Bahreïn et à l'Egypte".

Ces pays reprochent aussi au Qatar son rapprochement avec Téhéran, grand rival régional de Riyad, alors que le Qatar et l'Iran partagent le plus grand champ gazier du monde, mais les dirigeants du Qatar rejettent en bloc ces accusations. "Personne n'a le droit d'intervenir dans notre politique étrangère", a affirmé depuis Doha le ministre des Affaires étrangères, le cheikh Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani. Dans un communiqué officiel, les autorités mauritaniennes dénoncent " la politique de ce pays [ le Qatar ]" qui "s'est liée dans la région au soutien d'organisations terroristes. L'Arabie saoudite et Bahreïn ont, en outre, annoncé la suspension de toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec l'émirat, ce qui risque de créer des pénuries dans le pays qui importe 99% de ses produits alimentaires, principalement via l'Arabie Saoudite.

Recommande: