L'agresseur de NKM, placé en garde à vue, nie toute violence

18 Juin, 2017, 17:55 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • NKM agressée par un passant à Paris perd connaissance

Le magazine people "Closer" ajoute qu'il est le maire d'une petite commune de Normandie.

Deux jours après l'agression de Nathalie Kosciusko-Morizet, un suspect a été interpellé.

L'ancienne ministre, en ballottage défavorable dans la 2e circonscription de Paris face à un candidat REM, distribuait des tracts lorsqu'un homme d'une cinquantaine d'années les lui a pris pour les lui envoyer au visage, la traitant notamment de "bobo de merde".

Placé en garde en vue à 8H30 "pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public", ce maire (sans étiquette) de Champignolles, un petit village de l'Eure, a été confronté à l'ex-ministre dans l'après-midi "mais il nie les faits" de violences et les accusations d'agression verbales, a déclaré à l'AFP Xavier Autain, l'avocat de NKM. Les pompiers sont intervenus directement sur la place Maubert avant de la conduire à l'hôpital.

Cet homme, né en 1962, s'est présenté de lui-même samedi matin à la police judiciaire de Paris, répondant à la convocation des enquêteurs, selon la source.

Photographié, son visage avait été diffusé dans les médias et le parquet de Paris avait ouvert une enquête immédiatement. NKM avait chuté et perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur. Après cette altercation en présences de journalistes, lagresseur avait pris la fuite et était parti vers la bouche de métro la plus proche. Revenue à elle, elle avait été conduite, pour subir des examens, à l'hôpital Cochin dont elle a pu sortir hier: "Je vais mieux".

Recommande: