La Russie avertit les Américains

20 Juin, 2017, 18:19 | Auteur: Valentin Naude
  • Avion syrien abattu par les États-Unis : Moscou le considère comme un acte d'agression

Dans un communiqué publié lundi, le ministère russe de la Défense a fait savoir qu'il considérait la destruction de l'avion de guerre syrien comme "une violation cynique de la souveraineté" de la Syrie et "une violation flagrante du droit international et, de fait, une agression militaire contre la Syrie". La Russie dispose de systèmes de défense anti-aérienne S-300 et S-400, déployés notamment sur sa base de Hmeimim en Syrie, ainsi que de dizaines de chasseurs et de bombardiers opérant depuis fin septembre 2016 en soutien à l'armée de Bachar al-Assad. "Tout le monde doit concerter ses actions avec le gouvernement syrien, sur le territoire de la Syrie", a déclaré Lavrov, cité par les agences russes.

Le commandement central américain a pour sa part déclaré que l'avion syrien bombardait les forces américaines et que son action respectait "les règles d'engagement et d'autodéfense collective des forces de la coalition". "Les avions et les drones de la coalition internationale repérés à l'ouest de l'Euphrate seront suivis et considérés comme des cibles par les moyens terrestres de défense antiaérienne et par les moyens aériens", a annoncé le ministère russe de la Défense, dans un communiqué.

La Russie ne participe pas à la coalition internationale dirigée par Washington, dont les avions ciblent principalement le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie depuis 2014.

Moscou accuse Washington de n'avoir pas "prévenu" l'armée russe qu'elle allait abattre l'avion, et exige une "enquête" sur cet incident. La Russie a ainsi désormais décidé que le pacte de "non-agression" dans le ciel syrien n'est plus valable.

Damas et Washington se sont accusé mutuellement de provocation.

Dimanche, un avion de l'armée de l'air gouvernemental a été abattu par la chasse américaine au sud-est de Rakka, où les Etats-Unis appuient l'offensive menées par les Forces démocratiques syriennes contre l'Etat islamique (EI).

La coalition a dit qu'il s'agissait d'une riposte à des frappes aériennes sur les Forces démocratiques syriennes (FDS- alliance arabo-kurde) soutenues par les Etats-Unis.

Les troupes régulières sont arrivées aux portes de la localité de Resafa, à une quarantaine de km au sud-ouest de la ville de Raqa, principal fief de l'EI. Il n'y avait plus de combats lundi.

Le 9 juin, l'armée syrienne a atteint la frontière irakienne pour la première fois depuis 2015, encerclant quasiment des rebelles soutenus par Washington postés dans une garnison. Sans officiellement collaborer, les deux forces rivales ne s'étaient jamais directement confrontées sur le terrain.

Recommande: