Jacqueline Jacob, la grand-tante, mise en examen — Petit Grégory

20 Juin, 2017, 11:30 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Toutes les sections de recherches et le Service central du renseignement criminel sont aujourd'hui équipés du logiciel dit

Dans ce Cluedo familial, chacun a été accusé d'être le maître-chanteur.et d'être lié au meurtre.

Les personnes ayant enlevé le petit Grégory, assassiné il y a 32 ans, sont "les auteurs du crime", a estimé vendredi le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc, après la mise en examen et le placement en détention du couple Jacob pour enlèvement, séquestration suivie de mort.

Acte 2 - La justice pense d'abord que le "corbeau" responsable du meurtre du petit Gregory est Bernard Laroche, le cousin du père de l'enfant.

Marcel Jacob et son neveu Bernard Laroche n'avaient que neuf ans de différence d'âge.

Valérie Jacob se dit sous le choc après la mise en examen de ses deux parents dans l'affaire Grégory. Les deux hommes cultivaient même une ressemblance physique, moustache et favoris, qui suscitait parfois la confusion. Mais il n'avait encore jamais été inquiété par la justice. Une mise en examen qui, si il ne désigne pas explicitement Jacqueline et Marcel Jacob comme les auteurs du meurtre, s'en rapproche néanmoins. "Les conclusions sont confondantes à l'encontre de Jacqueline Jacob, a indiqué le procureur général de Dijon Jean-Jacques Bosc ce jeudi 15 juin". La grand-mère aussi était entendue par la police, en audition libre.

Pourtant, l'épouse de Marcel Jacob avait été désignée par deux expertises graphologiques comme pouvant avoir écrit une des lettres du corbeau en 1983.

Y-a-t-il des preuves que Jacqueline et Marcel Jacob soient bien les "corbeaux " ( auquel cas, les lettres anonymes viendraient aussi d'eux et - si l'on en croit le procureur - la lettre de revendication du crime )? Interpellée mercredi à Arches, dans les Vosges, Ginette, sa femme, est placée en garde à vue et remise en liberté le lendemain. Ce courrier manuscrit anonyme, déposé dans les volets de Jean-Marie Villemin en 1983, soit un an avant le drame, comporte plusieurs indices déterminants, dont l'emploi du terme "chef". Christine Villemin, soupçonnée d'infanticide, est inculpée pour l'assassinat de son fils en juillet 1985.

Les confidents avaient passé ensemble l'après-midi du 16 octobre 1984, au domicile de Michel.

"Monique Villemin a été soupçonnée par beaucoup de ses proches de détenir la clé de l'énigme".

À Aumontzey, aujourd'hui, certains confient: "Je l'ai toujours senti, mais je n'ai rien voulu dire pour ne pas être mis au pilori" dans ce village de 480 habitants.

En froid avec ses parents depuis des années. La troisième personne interpellée mercredi est Ginette Villemin, la tante par alliance du petit garçon et belle-soeur de Jean-Marie Villemin, le père.

Selon une source proche du dossier, Jacqueline Jacob est restée mutique en garde à vue et son mari s'est contenté d'affirmer qu'il ne se rappelait de rien face aux gendarmes, qui tentent de percer le mystère en démêlant les haines qui déchiraient la famille. Christine Villemin bénéficiera finalement d'un non-lieu en février 1993 pour "absence totale de charges".

Trente-trois ans après le.

Recommande: