DIRECT. Affaire Grégory. Suivez la conférence de presse du procureur

18 Juin, 2017, 07:36 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Toutes les sections de recherches et le Service central du renseignement criminel sont aujourd'hui équipés du logiciel dit

Jacob, 71 ans, a été placé en détention provisoire.

Affaire Grégory: la vallée de la Vologne sous le chocAffaire Grégory: le grand-oncle et la grand-tante du garçon mis en examenChasse-sur-Rhône: inquiétude autour d'un site SevesoAffaire Grégory: le silence des époux Jacob " 13h15 le samedi". "Je peux vous dire qui a participé à l'enlèvement de Grégory", a annoncé Jean Jacques Bosc, procureur général de Dijon, lors d'une conférence de presse en fin d'après-midi.

La grand-tante et le grand-oncle de Grégory Villemin, assassiné en 1984 à l'âge de quatre ans, ont été mis en examen vendredi pour enlèvement et séquestration suivie de la mort de l'enfant.

Quant à la belle-soeur du père de Grégory, Ginette Villemin, elle a été relâchée jeudi 15 juinaprès sa garde à vue débutée en même temps que le couple septuagénaire mercredi.

L'enlèvement et la mort de Grégory, 4 ans, retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre 1984, est un "acte collectif", entouré encore "de zones d'ombres", a estimé vendredi le procureur général de Dijon après la mise en examen de la grand-tante et du grand-oncle de l'enfant.

Bernard Laroche, premier suspect de l'affaire, avait été tué en 1985 alors qu'il était inculpé pour le meurtre de Grégory, par le père de l'enfant, son cousin.

De source proche du dossier, la femme est restée mutique durant sa garde à vue et son mari s'est contenté d'affirmer qu'il ne se rappelait rien.

C'est un rebondissement majeur dans cette affaire qui a tenu en haleine la France pendant trois décennies, fait l'objet de 3.000 articles de presse, une cinquantaine de travaux universitaires, un téléfilm et une quinzaine d'ouvrages. Ce courrier manuscrit anonyme, déposé dans les volets de Jean-Marie Villemin en 1983, soit un an avant le drame, comporte plusieurs indices déterminants, dont l'emploi du terme "chef". Selon une source proche du dossier, les enquêteurs ont retrouvé des "notes" de Marcel Jacob où il affirme ne pas être le meurtrier de l'enfant. "Et c'est le " clan Laroche " qui se retrouve de nouveau au centre de l'enquête, relancée par l'analyse graphologique des lettres de menaces et autres courriers anonymes qui foisonnent dans le dossier, à défaut d'analyses ADN probantes".

Une nouvelle analyse des écritures a désigné Jacqueline Jacob comme l'auteur d'une lettre de menace envoyée en 1983 aux parents de Grégory.

Dans le passé, les enquêteurs s'étaient aussi penchés à de nombreuses reprises sur un mystérieux " corbeau " ayant revendiqué le meurtre de l'enfant, en invoquant une " vengeance " dans une lettre postée apparemment avant la découverte du corps, en 1984. "Jean-Jacques Bosc a également précisé que ceux qui ont participé à l'enlèvement du petit Grégory sont bien " les auteurs du crime ".

Ginette Villemin - la veuve de Michel Villemin, le frère de Jean-Marie - avait été arrêtée à 30 kilomètres de là, à Arches. "Et ça m'étonne pas, parce que le juge était convaincu de l'innocence de Christine et elle, la grand-mère, elle voulait qu'il oriente son enquête vers la mère", explique-t-il.

Les Jacob ont été provisoirement incarcérés en attendant une décision de la justice sur leur détention ou leur placement en liberté conditionnelle.

Affaire Grégory: qui sont les protagonistes?

Recommande: