Découvrez les résultats complets du second tour circonscription par circonscription — CARTE] Législatives

20 Juin, 2017, 11:02 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Archives PO-Nathalie Bourreau

La République en Marche d'Emmanuel Macron et son allié MoDem obtiennent la majorité absolue à l'Assemblée nationale avec 355 à 425 sièges sur 577 au second tour des législatives, selon les projections de trois instituts de sondage.

Mais en battant une nouvelle fois un record d'abstention (57% contre 51,3% au premier tour), les électeurs ont refusé de laisser "carte blanche" au nouveau président, relève la presse de lundi.

Mais il s'agit pour La Croix d'un "succès terni par l'abstention".

Le numéro un du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a annoncé son départ de la direction du PS, ajoutant qu'une direction collégiale allait lui succéder "dans les plus brefs délais".

Comme de tradition après un scrutin législatif, Edouard Philippe devrait remettre lundi ou mardi la démission de son gouvernement et en former immédiatement un nouveau, qui ne devrait pas comporter de grands changements.

Vainqueur dans le nord de la France d'un duel contre une candidate pro-Macron, l'élu d'extrême droite Ludovic Pajot, 23 ans, sera le benjamin de l'Assemblée nationale.

A gauche, le Parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante, s'est réduit à peau de chagrin. Leurs collègues Benoît Hamon, Matthias Fekl, François Lamy, Christian Eckert, Pascale Boistard, Ségolène Neuville, Aurélie Filippetti, Emmanuel Cosse et Cécile Duflot ont tous été éliminés dès le premier tour, faute d'avoir pu réunir 12,5% des suffrages. Cette dernière a elle aussi revendiqué la victoire et annoncé un recours.

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon serait en tête dans 17 circonscriptions et le Parti communiste l'emporterait dans 9 circonscriptions.

Le Front national obtiendrait quant à lui six sièges. Ils y rejoignent Gilbert Collard, réélu dans le Gard. S'il quadruple le nombre de ses députés, le FN échoue cependant à constituer un groupe parlementaire de 15 députés.

Un bloc centriste imposant après des décennies de bipartisme, une vague de nouveaux députés souvent novices en politique, un nombre record de femmes et des élus plus jeunes. l'Assemblée nationale française a changé de visage sous l'impulsion du nouveau président Macron.

Plusieurs sortants en difficulté sont finalement élus: le patron du groupe socialiste Olivier Faure, le communiste André Chassaigne, ou encore Eric Woerth et Eric Ciotti à droite et le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde.

Stéphane Le Foll, l'ancien ministre de l'agriculture, a également été réélu dans la Sarthe avec près de 55 % des voix face à son adversaire LR. Pourquoi? Parce que les Français ont modéré leur enthousiasme du premier tour et ont considéré que la majorité absolue était nécessaire, mais le tsunami superflu: pas question de donner les pleins pouvoirs et pas question de trop déstructurer le paysage démocratique.

Europe Ecologie Les Verts disparaît pratiquement de l'Assemblée, avec un seul élu.

Ces variations se constatent aussi pour les autres forces politiques.

Pour Yves-Marie Cann, cette abstention inégalée devra inciter le camp des gagnants à la modestie, malgré la majorité qui donnera au chef de l'Etat les outils pour mener sa politique, à commencer les ordonnances controversées réformant le Code du travail.

Recommande: