Agression de NKM. Le suspect présenté à la justice ce lundi

19 Juin, 2017, 18:12 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • NKM, en campagne à Paris, fait un malaise après une altercation avec un passant

L'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui va être présenté à la justice, "a reconnu avoir insulté" la candidate LR vaincue dimanche aux législatives à Paris, mais il a contesté toute violence physique à son encontre, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Âgé de 55 ans, Vincent Debraize est sans étiquette et cadre supérieur dans le secteur privé. D'après les informations de RTL, le suspect placé en garde à vue serait maire d'une petite commune de l'Eure. L'ancienne ministre, qui a été brièvement hospitalisée après avoir avoir chuté et perdu connaissance, s'est vu reconnaître deux jours d'incapacité totale de travail (ITT), a précisé une source judiciaire. Photographié, son visage avait été diffusé dans les médias et le parquet de Paris avait ouvert une enquête immédiatement. L'agresseur avait alors pris la fuite.

L'ancienne ministre, en ballottage défavorable face au candidat de La République en marche (REM) Gilles Le Gendre, distribuait des tracts sur le marché de la place Maubert dans le 5e arrondissement au moment de l'agression. Revenue à elle, elle avait été transportée à l'hôpital pour y subir des examens médicaux.

"Je vais mieux. J'ai besoin encore de quelque temps pour récupérer", a déclaré à sa sortie de l'hôpital, vendredi à la mi-journée, celle qui est souvent désignée en France par ses initiales, NKM.

Les enquêteurs ont entendu le récit de Nathalie Kosciusko-Morizet et du suspect lors d'une confrontation samedi.

"C'est une agression grave sur une élue de la République et j'espère une réponse de l'institution judiciaire à la hauteur", a-t-il ajouté. Vincent Debraize fait partie des 33 maires qui ont parrainé la candidature à la présidentielle d'Henri Guaino, l'ex-"plume " de Nicolas Sarkozy, qui se présentait aux législatives face à NKM dans cette 2e circonscription de la capitale. Il a été identifié après des témoignages et grâce à l'exploitation de la vidéo-surveillance, selon une source proche du dossier.

Recommande: