Affaire Grégory: Jacqueline et Marcel Jacob inculpés

17 Juin, 2017, 16:21 | Auteur: Christine Vaugrenard
  • L'avocat de Marcel Jacob le 16 juin 2017 à Dijon  AFP

Marcel Jacob, oncle maternel de Jean-Marie Villemin (le père de Grégory), et sa femme Jacqueline ont été déférés au parquet général de Dijon vendredi, rapportent plusieurs médias français.

L'avocat de Marcel Jacob, mis en examen avec son épouse Jacqueline pour l'enlèvement du petit Grégory, suivi de sa mort il y a 32 ans, a jugé vendredi "criminel de jeter en pâture le nom d'un couple". Marcel et Jacqueline Jacob ont tous les deux été écroués.

" A l'évidence Grégory a été enlevé du domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort ", a déclaré le magistrat lors de son point presse, ajoutant que les personnes qui ont participé à cet enlèvement " sont les auteurs du crime ".

"Les époux Jacob ne présentent pas en l'état d'alibi qui soit confirmé ou étayé" a précisé le procureur. Et relancé ce dossier resté une énigme depuis la découverte du corps du garçon de quatre ans, pieds et poings liés, dans les eaux de la Vologne le 16 octobre 1984.

Selon Me Stéphane Giuranna, avocat de Marcel Jacob, ce déferrement n'est "pas une décision de culpabilité", mais la "possibilité d'accéder à une procédure".

C'est au regard de ces dernières comme des concordances troublantes avec le profil défini en amont par les analystes (proximité familiale et géographique avec les grands-parents Villemin, contentieux marqué avec cette famille, proximité avec Bernard Laroche.) que le couple Jacob est devenu suspect. Le procureur général près la cour d'appel de Dijon, Jean-Jacques Bosc, n'a pas souhaité confirmer ni infirmer la teneur de ses réquisitions.

Ils ont aussi retrouvé des "notes" dans lesquelles Marcel Jacob dit ne pas être le meurtrier.

L'affaire du petit Grégory Villemin, retrouvé mort dans la Vologne en 1984, va-t-elle enfin être élucidée? "Aujourd'hui, je ne peux pas vous dire qui a tué Grégory Villemin". Les intéressés ainsi qu'une belle-sœur du père de Grégory, Ginette Villemin, ont été interpellés mercredi et placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de l'enfant. Le juge Lambert chargé alors de l'instruction venait d'opérer un revirement en reportant ses soupçons vers la mère, Christine Villemin, finalement innocentée en 1993 au terme d'un non-lieu retentissant. Ce n'est pas parce qu'une personne évoque son droit au silence que les investigations ne vont pas suivre.

Selon le procureur de la République, le dossier "révèle l'existence de liens indissociables entre les trois lettres de 1983, le courrier posté le jour du crime", les appels téléphoniques anonymes passés par le corbeau - "qui était double". En 1984, c'est Bernard Laroche qui est inculpé d'assassinat, accablé par des expertises graphologiques et par sa détestation de son cousin.

De nouvelles expertises d'une lettre de menaces, manuscrite et anonyme, adressée en 1983 au père de Grégory, orientent les soupçons sur Jacqueline Jacob. L'individu à la moustache pourrait-il être Bernard Laroche?

Recommande: