65,6 millions de déplacés en 2016, un nouveau record

20 Juin, 2017, 06:22 | Auteur: Abel Leblanc
  • Selon Amnesty International la situation des réfugiés est catastrophique

Selon le HCR, le nombre qui a atteint, à la fin 2016, à plus de 65,6 millions de personnes, appelle plus que jamais à un besoin de solidarité pour prévenir les crises.

L'année 2016 a enregistré une légère augmentation des déplacés (+300.000), un chiffre largement inférieur par rapport au bond de 2015 (+5,8 millions).

Le Haut-Commissaire a précisé que parmi les populations déracinées, la Syrie arrive en tête avec 12 millions de personnes suivie de la Colombie avec 7,7 millions de personnes, de l'Afghanistan avec 4,7 millions, de l'Irak avec 4,2 millions et du Sud du Soudan avec 3,3 millions de personnes.

Le conflit en Syrie, qui a démarré en 2001, continue de générer le plus grand nombre de réfugiés (5,5 millions au total), avec près de 825.000 nouveaux enregistrements en 2016, selon le HCR.

Outre la Syrie, le HCR tire la sonnette d'alarme sur la détérioration de la situation au Soudan du Sud, "après l'échec catastrophique des efforts de paix en juillet". "Le Soudan du Sud, c'est la crise de déplacement qui connaît la croissance la plus rapide au monde", a expliqué le chef du HCR Filippo Grandi.

Jamais autant de personnes n'ont fui les guerres. D'après le rapport, le nombre de réfugiés sud-soudanais a bondi de 64% durant les six derniers mois de l'année 2016.

Le HCR, poursuit M. Cavaliéri, travaille en étroite collaboration avec les autorités marocaines et la société civile pour enregistrer les demandes et traiter les dossiers en vue de déterminer les personnes qualifiées à l'obtention du statut de réfugié, apporter l'assistance humanitaire et légale à cette catégorie (appui à l'éducation des enfants, prise en charge médicale et assistance judiciaire) et permettre aux réfugiés d'atteindre l'autonomisation socio-professionnelle à travers le financement d'activités génératrices de revenus.

Sur l'ensemble des personnes déracinées à travers le monde l'an dernier, 10,3 millions de personnes ont dû fuir leurs foyers dans le courant de l'année, dont plus de la moitié au sein de leur propre pays. "Ce déséquilibre considérable est le reflet de plusieurs facteurs, dont notamment l'absence continue de consensus international sur la question de l'accueil de réfugiés, ainsi que de la proximité de nombreux pays pauvres par rapport aux régions de conflits", souligne le HCR. Cela équivaut à une nouvelle personne déplacée toutes les 3 secondes, selon l'ONU. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: