2,6M de salariés exposés à des nuisances cancérogènes — Cancers

14 Juin, 2017, 19:40 | Auteur: Christine Vaugrenard
  • Produits chimiques manipulation de médicaments anticancéreux poussières de bois émissions de moteurs diesel travail de nuit environ 2,6 millions de salariés ont été exposés à au moins une'nuisance cancérogène, selon une étude  AFP  Arch

C'est ce qu'a rapporté mardi l'agence Santé publique France dans une enquête menée en 2010 auprès de 48.000 actifs.

En France, en 2009-2010, 12% des salariés - environ 2,6 millions, 2 millions d'hommes (17%) et 600.000 femmes (5,9%) - ont été exposés à leur poste de travail à au moins une nuisance cancérogène (chimique ou non), selon les auteurs de l'étude parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'agence sanitaire Santé publique France.

Parmi les nuisances les plus observées chez les hommes on trouve des émissions de moteurs diesel, les huiles minérales entières, les poussières de bois et la silice cristalline.

Poussière, produits chimiques, travail de nuit...

Pour les femmes, les plus fréquentes étaient le travail de nuit (cancérogène probable), l'exposition aux rayonnements ionisants (radioactivité, ndlr) puis l'exposition au formaldéhyde (substance chimique cancérogène servant dans diverses industries et comme conservateur et désinfectant), et aux médicaments anticancéreux. Notamment " dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics de la maintenance, du travail des métaux, des transports et de la réparation automobile ". Autre profession à risque, celles des coiffeuses et des esthéticiennes: 23 % d'entre elles, soit 32.000 personnes "étaient les salariées les plus fréquemment exposées à un cancérogène chimique ". Parmi eux, ce sont 757 000 salariés (soit 30% des exposés) qui présentent une exposition à au moins 2 cancérogènes (5,7% chez les hommes et 0,9% chez les femmes) et 264 650 à au moins 3.

Au quotidien, un salarié sur dix est exposé aux nuisances cancérogènes.

Le travail de nuit, s'il dépasse les 45 nuits par an, est en effet associé à une augmentation de risque de cancer du sein chez les femmes.

Globalement, les plus touchés par un environnement cancérogène sont les hommes (75 %), très loin devant les femmes (15 %) et les seniors (7 %). Les infirmières et les sages-femme sont "les plus fréquemment exposées à au moins une nuisance cancérogène ", note l'étude.

Recommande: