Un médiateur pour tenter de déminer l'épineux dossier Notre-Dame-des-Landes

19 Mai, 2017, 11:28 | Auteur: Abel Leblanc
  • Nicolas Hulot nommé ministre de la Transition Écologique

Pour France énergie éolienne (FEE), une autre organisation, la nomination de Nicolas Hulot est "un signal fort envoyé par l'exécutif à destination des acteurs de la transition énergétique". Longtemps agitateur d'idées, inlassable défenseur de la nature, écologiste pur et dur, il agissait dans l'ombre, avait d'excellents rapports avec les présidentes (Sarkozy puis Hollande), mais n'avait jamais osé se frotter au difficile rôle de ministre.

Selon le SER, le programme du président Emmanuel Macron permettra aux énergies renouvelables "de poursuivre et accélérer leur déploiement" grâce à l'objectif d'un prix du carbone à 100 euros la tonne en 2030, au lancement de 26 gigawatts d'appels d'offres pour les énergies renouvelables électriques ou encore à la simplification des procédures. Avec le titre de ministre d'État en plus. Il ne sera pas évident pour le ministre Hulot de trouver des points de convergence avec son chef direct, le Premier ministre "homme de droite " qui a longtemps travaillé pour Areva, le géant de l'industrie nucléaire. Avec Johanna Rolland et Philippe Grosvalet, je viens donc d'adresser un courrier au Président de la République lui demandant de nous recevoir rapidement pour évoquer ce dossier essentiel à l'attractivité des Pays de la Loire. Un sacré grand écart pour ce pionnier de l'écologie médiatique. Emmanuel Macron a réussi là où ses trois prédécesseurs se sont cassé les dents.

Recommande: