Trump affirme n'avoir jamais demandé au FBI de classer une enquête

19 Mai, 2017, 17:47 | Auteur: Valentin Naude

Et il est désormais en prime soupçonné d'avoir tenté de mettre fin à une enquête du FBI. Un ancien chef du FBI, Robert Mueller, a été nommé, mercredi, procureur spécial aux États-Unis pour garantir l'indépendance de l'enquête sur une éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et la Russie.

Sur le site de paris sur les événements politiques et financiers PredictIt, la probabilité de voir le président des Etats-Unis destitué en 2017 a atteint un taux record de 30% mardi dans la soirée dans des volumes d'échanges nourris, après les révélations du New York Times d'une note de James Comey compromettante pour le chef de la Maison-Blanche. La Maison-Blanche a tenté de projeter l'image d'un président serein et calme face à cette nouvelle. "Le président est soupçonné d'avoir fait pression sur lui pour qu'il donne un volet de l'enquête menée par le FBI sur des liens possibles entre son équipe de campagne et Moscou".

L'ancien directeur du FBI, Robert Mueller, en 2013.

Robert Mueller, qui a 72 ans, a été Marine pendant la guerre du Vietnam. Trump a également défendu sa décision d'évincer Comey du FBI car, selon lui, ce dernier était "très impopulaire", chez les Républicains comme chez les Démocrates.

Donald Trump a exprimé le 17 mai son souhait que l'enquête soit "rapidement" bouclée, après la nomination du procureur spécial.

" Toute cette histoire est une chasse aux sorcières", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse dans les salons de la Maison Blanche avec le président colombien Juan Manuel Santos".

Pour sa part, Israël adoptait mercredi un profil très bas devant ces informations, se gardant de les commenter directement.

Décret migratoire bloquéLa tentative de Donald Trump pour limiter l'immigration en provenance de certains pays musulmans, autre promesse phare de sa campagne, est suspendue par la justice quelques jours après son entrée en vigueur le 27 janvier.

L'enquête visant Michael Flynn, qui est toujours en cours, est distincte de cette dernière. ", lui a demandé un journaliste jeudi".

"Les remous ne nous aident pas à avancer, mais nous continuons à le faire", a assuré Paul Ryan jeudi matin lors d'une conférence de presse. L'entourage du président républicain de la Chambre des représentants a néanmoins été ébranlé par une autre révélation du Washington Post.

Depuis la Russie, Vladimir Poutine a ironisé sur les batailles qui déchirent Washington et. proposé au Congrès de fournir la retranscription russe du rendez-vous du Bureau ovale pour prouver que rien de secret n'avait été divulgué par le président américain. "Rohrabacher (ndlr: un élu conservateur qui défend avec ferveur la Russie) et Trump".

Recommande: