Sondage: pas d'état de grâce pour le couple Macron-Philippe

19 Mai, 2017, 17:02 | Auteur: Abel Leblanc
  • L'écologiste Nicolas Hulot à Paris le 6 octobre 2015- KENZO TRIBOUILLARD- AFP  Archives

Promesse non tenue pour Emmanuel Macron: celle de la création d'"un ministère plein et entier des Droits des femmes".

Emmanuel Macron et Édouard Philippe jouissent d'une moins bonne cote de confiance que leurs prédécesseurs lors de leur entrée en fonction.

La moitié proviennent de la société civile, une proportion jamais vue, dont une médaillée olympique d'escrime Laura Flessel, aux Sports, un populaire animateur de télévision écologiste, Nicolas Hulot, à la Transition écologique ou une éditrice, Françoise Nyssen, à la Culture. "Le long terme est à l'Élysée (NDLR, le palais présidentiel), les arbitrages quotidiens ou de moyen terme sont faits à (l'hôtel de) Matignon", siège du Premier ministre, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, à l'issue du Conseil des ministres.

"Un ministre ne pose pas de conditions, ni au Premier ministre ni au président de la République", a toutefois répondu M. Castaner lors de son compte-rendu du premier Conseil des ministres.

Le Premier ministre français Edouard Philippe a affiché jeudi l'objectif d'obtenir une "majorité de progrès" aux élections législatives pour son gouvernement qui, même s'il rassemble des personnalités venues de tous les bords politiques, devra appliquer le programme défendu par Emmanuel Macron. "Ils font le choix personnel de faire campagne avec le Premier Ministre en faveur des candidats d'En Marche contre nos candidats LR-UDI".

"Quand une chose est tranchée dans le cadre de la collégialité, elle doit devenir la règle et elle appelle la solidarité collective", a insisté Emmanuel Macron qui, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée sous le quinquennat Hollande, était aux premières loges pour mesurer les effets des cafouillages gouvernementaux.

Le gouvernement, a-t-il aussi assuré, est "évidemment bâti pour durer" au-delà des législatives.

"Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a-t-il martelé. Ainsi, parmi les "règles de bon fonctionnement ", figure "d'abord la solidarité nécessaire entre tous les membres du gouvernement " et un "travail collégial ", a souligné le nouveau chef de l'État.

Au troisième rang, de gauche à droite: Richard Ferrand (ministre de la Cohésion des territoires), Jacques Mézard (ministre de l'Agriculture et des Transports), Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Éducation nationale), Gérald Darmanin (ministre de l'Action et des Comptes publics). Toutefois, quelques ministres se sont démarqués, à l'instar de Nicolas Hulot, arrivé dans une Renault Fluence Z.E. électrique, voiture verte par excellence.

Les deux têtes de l'exécutif présenteront prochainement une "circulaire sur la place des cabinets" ministériels. Les Français ne sont que 36% à faire confiance à Édouard Philippe.

Les quatre ministères régaliens ont été dévolus à deux socialistes - Jean-Yves Le Drian, l'un des deux rescapés du quinquennat de François Hollande, qui passe de la Défense à l'Europe et aux Affaires étrangère, et Gérard Collomb, "marcheur" de la première heure, qui prend l'Intérieur - et à deux centristes - François Bayrou à la Justice, et Sylvie Goulard aux Armées.

Recommande: