Sa première journée à Matignon — Édouard Philippe

19 Mai, 2017, 08:36 | Auteur: Eugenie Lecerf

Emmanuel Macron s'est donné vingt-quatre heures supplémentaires pour rendre publique la composition du gouvernement à laquelle il s'est attelé avec Édouard Philippe, afin de vérifier la probité des futurs ministres.

Signe de la primauté donnée à l'éthique, l'annonce de cette équipe d'une quinzaine de ministres a été retardée de 24 heures, afin de vérifier la situation fiscale de chacun et l'absence de conflits d'intérêt.

Le premier Conseil des ministres avec le nouveau gouvernement se tiendra jeudi à 11h00, a annoncé l'Elysée.

Tôt ce mardi matin, le nouveau Premier ministre quitte son domicile parisien.

Objectif en vue des législatives des 11 et 18 juin: obtenir au Parlement "une large majorité présidentielle, base de l'action du futur du gouvernement" et "marginaliser les oppositions des anciens partis de gouvernement en dessinant un arc de soutien allant des "progressistes" de l'ancien PS au centre droite", considère le politologue Olivier Ihl.

L'équipe sera dévoilée à 15H00 à l'Elysée, où M. Macron reçoit à déjeuner le président du Conseil européen, Donald Tusk. Dans l'après-midi, a eu lieu la passation de pouvoir avec Bernard Cazeneuve, Premier Ministre de l'ex-Président François Hollande, et elle a été très commentée par les internautes sur les réseaux sociaux, et pour cause, les deux hommes ont une sacrée différence de taille. Il chercherait ainsi à convaincre Nicolas Hulot, figure respectée de l'écologie, d'accepter un "ministère de la Transition écologique". Habitué à refuser ministères et candidatures diverses, l'ex-animateur de TF1 a décidé "cette fois-ci de franchir le pas", sous certaines conditions, selon un proche. Dans le sillon ouvert par Édouard Philippe, d'autres prises devraient suivre chez LR, tel Bruno Le Maire qui se verrait bien au Quai d'Orsay ou à la Défense.

Parmi eux, des figures de la droite modérée comme Thierry Solère, Benoist Apparu ou Nathalie Kosciusko-Morizet, ou encore le centriste Jean-Louis Borloo, ainsi qu'un grand nombre d'élus qui avaient parrainé NKM pour la primaire de la droite fin 2016. A 11h15, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, arrive à Matignon.

Après la passe d'armes autour des investitures d'En Marche! et du MoDem pour les législatives, François Bayrou entrera bien au gouvernement, selon l'entourage du chef de l'État, peut-être à la Chancellerie. Et les femmes? Macron, dont le premier cercle durant la campagne était très masculin, a promis la parité. Il pourrait choisir de propulser de jeunes espoirs issus du monde de l'entreprise, comme Astrid Panosyan, passée par la direction d'un groupe immobilier, la spécialiste de la communication Axelle Tessandier ou la féministe Marlène Schiappa, présidente du réseau Maman travaille.

Recommande: