Que prévoit Emmanuel Macron — Rythmes scolaires

19 Mai, 2017, 18:22 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Les communes ont jusqu'en 2019 pour choisir leur rythme scolaire en maternelle et en primaire

Le nouveau Président de la République défend une plus grande autonomie des communes en matière de rythmes scolaires. Le vainqueur de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron, qui prendra ses fonctions dimanche, souhaite agir sur la question des rythmes scolaires dès cet été.

Pendant la campagne, Emmanuel Macron a promis de rendre leur liberté aux communes: elles pourront, si elles veulent, réinstaurer la semaine de quatre jours dans leurs écoles. Un décret est déjà dans les cartons, pour permettre aux 35 000 communes qui le souhaitent de retourner, dès la rentrée de septembre, à la semaine de quatre jours. Elle devait alléger les journées des enfants et mieux les répartir sur l'année, mais elle a été rapidement la cible de critiques. "Et pour cette mère de famille auxerroise la solution est donc de revenir en arrière:" je serais favorable pour que l'on revienne à 4 jours, là on est 5 jours à se lever, c'est la course pour arriver à l'heure!". C'est le cas du maire LR d'Elancourt, dans les Yvelines, Jean-Michel Fourgous, qui était à la tête d'un collectif anti-réforme en 2013, et pour qui il s'agit d'une "bonne mesure". "Cette réforme des rythmes scolaires qu'on nous a imposée est inefficace, nous voulons l'abandonner". "Il faut laisser le terrain s'organiser: les modes de vie ne sont pas les mêmes partout en France", fait-il valoir dans Le Parisien. Il s'agirait de revenir à la semaine des 4 jours avec une coupure le mercredi où encore de conserver l'actuelle organisation avec des activités périscolaires pour les enfants l'après-midi.

D'autres communes, où l'application de la réforme n'a pas posé de problème, ne pensent pas revenir sur un système désormais bien rôdé. La fédération des conseils de parents d'élèves s'inscrit également dans ce courant d'évaluation.

Faudra-t-il parler des nouveaux nouveaux rythmes scolaires? "Ce retour en arrière va être très dommageable pour les enfants, en termes de qualité des apprentissages et d'équité", juge ainsi l'un des porte-parole de la FCPE, Hervé-Jean Le Niger.

Recommande: