" Les Fantômes d'Ismaël ", crise d'inspiration pour Arnaud Desplechin

19 Mai, 2017, 23:45 | Auteur: Abel Leblanc
  • Charlotte Gainsbourg à propos de son père:

Pour cette première journée, un film hors Compétition projeté ce matin à la presse fera l'Ouverture et le tapis rouge ce soir à Cannes, Les Fantômes d'Ismaël d'Arnaud Desplechin. Les Fantômes d'Ismaël est un long-métrage quasi expérimental et déstabilisant, mais demeure l'oeuvre d'un grand cinéaste.

Quelques films sont très attendus lors de cette 70e édition, comme le nouveau Michael Haneke, Happy End, avec une belle affiche, Jean-Louis Trintignant, Isabelle Huppert ou Matthieu Kassovitz. Le réalisateur nous embarque dans les méandres d'une âme tourmentée, celle du réalisateur Ismaël Bloom (Mathieu Amalric) qui porte toujours le fardeau d'une épouse disparue sans laisser de trace. Le film sort en salle aujourd'hui. Carlotta, l'épouse revenue et décidée à regagner son mari (Marion Cotillard) - légalement c'est impossible, la déclaration de disparition ayant annulé leur mariage - doit affronter la nouvelle compagne de l'artiste, la raisonnable Sylvie (Charlotte Gainsbourg). On finit par se perdre dans le dédale (us) des histoires, elles aussi nombreuses et sans lien apparent.

On devine combien ce film est particulièrement autobiographique et ses fantômes sont autant d'apparitions obsessionnelles que de références au Cinéma. "Il y a une version plus mentale, et la version que vous venez de voir est la version plus sentimentale".

Recommande: