La République En Marche présente "environ 450" candidats — Législatives

19 Mai, 2017, 18:23 | Auteur: Elisee Beauvilliers
  • Qui est Catherine Barbaroux la présidente par intérim d En Marche

L'annonce de la liste était une tentative pour respecter l'engagement du Président élu de transformer le paysage politique et de rétablir la confiance dans une élite discréditée, lit-on dans The Times. Selon Richard Ferrand, les derniers candidats seraient investis d'ici à mercredi. Cependant, sur les 428 candidats, pour le moment aucun n'a été investi face à Myriam El Khomri dans le XVIIIe circonscription de Paris. Les circonscriptions restantes, bien évidemment, ne seront pas abandonnées pour autant. "Sur l'efficacité, les candidats se sont engagés à soutenir le contrat proposé par le président de la République ". Celui d'évaluer de potentielles alliances et de régler certains conflits. Les autres candidats seront dévoilés plus tard.

"Je veux que le quinquennat d'Emmanuel Macron soit un succès, pas pour lui pour le pays", a-t-il ajouté, estimant que la nomination d'un Premier ministre de droite serait "un geste important" tout en assurant qu'il ne discutait avec personne.

A ce petit jeu, plusieurs candidats LR ont été bichonnés par En Marche!

S'ils sont élus, ils devront ainsi siéger dans le groupe parlementaire La République en marche à l'exception de tout autre. A ce titre, En Marche! semble leur avoir accordé un "geste" dans l'espoir d'obtenir de nouveaux ralliements à droite. Parmi elles, l'ancien président du comité d'organisation de la primaire de la droite et du centre, Thierry Solère.

Suivez avec nous cette nouvelle journée de politique, à trois jours de la passation de pouvoirs entre François Hollande et Emmanuel Macron. Même chose pour Gilles Boyer, lieutenant d'Alain Juppé. Le ministre de l'Economie, qui avait bataillé des centaines d'heures pour convaincre les députés de voter son texte destiné à libéraliser certains secteurs de l'économie, s'est vu couper l'herbe sous le pied par le premier ministre qui a opté pour un passage en force très mal vu dans l'opinion publique.

A gauche, la donne n'est pas franchement différente.

En avril 2016, Manuel Valls lance - devant les caméras de l'Assemblée nationale - un retentissant "c'est inacceptable, c'est inacceptable!" à Emmanuel Macron, qui vient de lancer son propre mouvement et affiche son désir de s'émanciper du gouvernement. -, Manuel Valls peut encore compter sur le soutien de ses proches. Si l'ancien Premier ministre n'a pas été investi par la République en marche, il a en revanche été épargné.

"Chacune des formations, En Marche! et MoDem ont présenté des profils des candidats, et c'est chaque fois le ou la meilleure aux yeux de la commission nationale d'investiture qui a été retenu".

Richard Ferrand, general Secretary of the political movement La Republique en marche (EMA) gives a press conference on the upcoming general elections (elections legistlatives), on May 11, 2017 in Paris.

LREM n'a pas choisi de candidats non plus dans les circonscriptions briguées par les membres du gouvernement Stéphane Le Foll, Jean-Marie Le Guen, Marisol Touraine, et Myriam El Khomri.

Recommande: