FBI: un successeur à James Comey nommé dans les prochains jours ?

20 Mai, 2017, 03:03 | Auteur: Valentin Naude
  • Trump et le FBI:

Avant ces nouvelles révélations du New York Times, la Maison Blanche s'était employée mardi à contester l'idée selon laquelle M. Trump aurait compromis la sécurité des Etats-Unis en livrant des informations sensibles au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Alors qu'il s'apprêtait à partir en direction de Lynchburg, en Virginie, M. Trump a déclaré aux journalistes présents qu'il considérait que le processus pour pouvoir le poste vacant de directeur du FBI se déroulait "rapidement". Le policier aurait refusé, mais consigné cette conversation dans des notes qui ont commencé à fuiter dans les médias.

Le département américain de la Justice a annoncé mercredi la nomination de l'ancien directeur du FBI Robert Mueller comme procureur spécial pour enquêter sur les soupçons de collusion entre la Russie et l'équipe de campagne de Donald Trump.

A ces événements s'ajoutait une affaire distincte, reflétant selon les détracteurs de l'homme d'affaires son incapacité à exercer la fonction suprême.

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a assuré qu'il n'y avait eu "aucune perturbation" dans les relations avec les alliés des Etats-Unis, mais beaucoup d'experts s'interrogeaient sur l'avenir de la coopération entre alliés en matière de renseignement.

Le chef de file de l'opposition démocrate du Sénat, Chuck Schumer, s'est déclaré "secoué" par ces dernières révélations.

Mais la plupart des élus savent que le témoignage de James Comey sera déterminant pour l'avenir de la présidence Trump.

"Ce n'est que révélation après révélation, allégation après allégation de faute grave".

Le puissant Mitch McConnell, gardien de la feuille de route républicaine au Sénat, a regretté les "psychodrames" à répétitions, lui qui préférerait plutôt parler santé et réforme fiscale. Fait-il toujours confiance au président? "S'il existe bien de tels enregistrements, je pense qu'ils seront demandés par la justice et ils devront probablement les donner", a-t-il dit sur Fox. Mais l'opposition démocrate menace de faire obstruction afin d'obtenir la nomination d'un procureur spécial dans l'enquête sur les ingérences russes.

La Maison Blanche surveille de très près la solidité de la digue républicaine.

Une poignée de parlementaires de la majorité demandent désormais, avec des démocrates, la création d'une commission d'enquête indépendante, dont le mandat serait plus large que l'enquête policière menée par le FBI ou un éventuel procureur spécial.

L'un d'eux est le sénateur John McCain, qui a comparé la situation, par son ampleur, au scandale du Watergate qui fit tomber Richard Nixon en 1974. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Recommande: