Édouard Philippe va présenter son gouvernement au président — Gouvernement Macron

19 Mai, 2017, 23:00 | Auteur: Valentin Naude

Alexis Kohler doit donner mercredi 17 avril 2017, à 15h, les noms des ministres qui formeront le gouvernement du Premier ministre Edouard Philippe, lui-même nommé pas plus tard que lundi.

Emmanuel Macron veut aussi réaliser une rupture politique, avec un gouvernement rassemblant des responsables venus de la droite et de la gauche, pivot de sa doctrine politique. Les rumeurs autour des nominations ministérielles vont crescendo depuis la nomination, lundi, d'Edouard Philippe, un élu de la droite modérée de 46 ans, quasi inconnu du grand public qui a promis "une nouvelle dynamique".

Emmanuel Macron a composé mercredi son premier gouvernement, une équipe de 22 membres, 18 ministres et quatre secrétaires d'Etat dont la moitié provient de la société civile, relativement resserrée et à l'image de la recomposition promise avec des ministres issus de la droite, comme de la gauche et du centre. L'annonce est attendue à 15 heures.

Une fois leur profil approuvé par les autorités compétentes, les nouveaux ministres "s'engageront à exercer leur fonction gouvernementale de manière irréprochable", poursuit le communiqué, alors que 75% des Français pensent qu'élus et dirigeants politiques sont plutôt corrompus, selon un récent sondage.

Pour éviter d'être confronté à un problème de ce genre, le chef de l'État et son Premier Ministre ont donc décidé de jouer la prudence.

Signe de la primauté donnée à l'éthique, l'annonce de cette équipe d'une quinzaine de ministres a été retardée de 24 heures, afin de vérifier la situation fiscale de chacun et l'absence de conflits d'intérêt.

La composition du gouvernement sera dévoilée à 13H00 GMT, avant un dîner de M. Macron avec le président du Conseil européen Donald Tusk, une rencontre initialement prévue à la mi-journée.

Selon Mediapart, le nouveau Premier ministre aurait par ailleurs écopé d'un blâme de la part de la HATVP pour avoir refusé de fournir des précisions dans sa déclaration de patrimoine en 2014. Il chercherait à convaincre Nicolas Hulot, figure respectée de l'écologie, d'accepter un "ministère de la Transition écologique". "Une gifle" pour les candidats LR, selon le député Eric Ciotti.

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui lorgne aussi sur la Défense, a rejoint les signataires, comme Jean-Louis Borloo.

En riposte, sous l'égide de François Baroin, Les Républicains ont lancé un contre-appel des 577 candidats de la droite et du centre aux législatives à défendre leurs "convictions" et à gagner ces élections pour imposer une cohabitation. Gérard Collomb, Jean-Yves Le Drian et Jacques Mézard font figure de doyens avec leurs 69 printemps.

Le chef du gouvernement Edouard Philippe et le président du MoDem, François Bayrou, respectivement maires du Havre et de Pau, devront également démissionner de ces exécutifs locaux. Ce proche du président a été secrétaire général adjoint de l'Elysée, en même temps qu'Emmanuel Macron (un se consacrait à l'économie, l'autre au social). Le chef du gouvernement entend "bien sûr" s'impliquer dans cette bataille électorale pour "donner au président de la République la majorité dont il a besoin", sans toutefois dire explicitement s'il ferait campagne pour les candidats de La République en Marche face à ceux de son parti, Les Républicains.

Recommande: