Conseil des ministres : Macron donne le cap à son gouvernement

19 Mai, 2017, 06:16 | Auteur: Eugenie Lecerf
  • Le nouveau président français Emmanuel Macron à l'Elysée le 16 mai 2017. 

Le nouveau président de la République en a aussi profité pour livrer son discours de la méthode de l'action gouvernementale avec comme valeurs cardinales, la "solidarité", la "collégialité" et la "confidentialité".

Pilotée par un Premier ministre venu de la droite modérée, Édouard Philippe, la nouvelle équipe intègre des personnalités de gauche, de droite, du centre et de la société civile et respecte la parité hommes-femmes.

C'est donc le nouveau porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, qui s'est chargé de résumer le Conseil des ministres.

Il est " évidemment bâti pour durer " au-delà des législatives, a assuré Édouard M. Philippe jeudi sur France Inter. Autour de la table du Conseil, outre Emmanuel Macron et Édouard Philippe, ont pris place 18 ministres et quatre secrétaires d'État.

Confidentialité, discipline, solidarité et responsabilité doivent être la règle au sein du gouvernement, a insisté le chef de l'Etat, a poursuivi le porte parole du gouvernement.

Au premier rang, de gauche à droite: Sylvie Goulard (ministre des Armées), Nicolas Hulot (ministre de la Transition Ecologique et Solidaire), Edouard Philippe (Premier ministre), Emmanuel Macron (président de la République), Gérard Collomb (ministre de l'Intérieur), François Bayrou, Jean-Yves Le Drian (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères).

'Le long terme est à l'Elysée, les arbitrages quotidiens ou de moyen terme sont faits à Matignon', a ajouté Emmanuel Macron à l'adresse de son gouvernement. "J'en suis le garant et, là-dessus, je serai intraitable", a-t-il souligné, toujours selon Christophe Castaner. Le Président a également "dit qu'il n'y aurait pas de ministres-conseillers". Chacun, a-t-il relevé, "a des parcours différents, des opinions différentes, des analyses qui peuvent être différentes mais, en même temps, quand une chose est tranchée dans le cadre de la collégialité, elle doit devenir la règle et elle appelle la solidarité collective". "Ces derniers, Bruno Le Maire, un cacique de la droite, et Gérald Darmanin, une de ses étoiles montantes, ont de facto quitté leur parti en entrant au gouvernement, selon LR".

Lire aussi: Les six ministres candidats sont-ils en danger aux législatives? "Un ministre ne pose pas de conditions, ni au Premier ministre ni au président de la République", a toutefois répondu Christophe Castaner lors de son premier point presse.

Dans l'immédiat, Emmanuel Macron se rendra vendredi sur la base de Gao au Mali, sa première visite pour saluer les troupes françaises, pour un aller-retour dans la journée.

Emmanuel Macron veut "un gouvernement d'action, de réforme et d'inspiration", a insisté le porte-parole du gouvernement.

Les deux têtes de l'exécutif présenteront prochainement une "circulaire sur la place des cabinets" ministériels, a ajouté Christophe Castaner, soulignant "qu'il n'appartenait pas aux directeurs de cabinet de se substituer aux directeurs d'administrations centrales".

Recommande: