#Pop2017 : Benoît Hamon, le tournant de sa campagne ?

21 Mars, 2017, 13:10 | Auteur: Abel Leblanc
  • Manuel Valls

Gabrielle Guallar y évoque pour la toute première fois son histoire avec Benoît Hamon, comment ils se sont rencontrés en 1997, alors qu'elle était étudiante à Sciences-Po et lui conseiller au cabinet de Martine Aubry (alors ministre du Travail), comment ils se sont ensuite perdus de vue pour finalement se retrouver sept années plus tard.

Une harangue en forme de voeu pour M. Hamon, qui peine à faire décoller sa campagne près de deux mois après avoir été investi à l'issue de la primaire organisée par le PS, et à un mois du premier tour de la présidentielle.

Dans une autre vie, il aurait "aimé être le capitaine du XV de France!". Une présence qui semble avoir ravi tout le clan de Benoît Hamon, à quelques heures du grand débat télévisé qui opposera, ce soir, le candidat du PS à François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sur TF1 et LCI à partir de 21h.

"Cette ligne libérale (incarnée selon elle par M. Valls), elle est sortie par la porte des primaires, elle veut maintenant rentrer par la fenêtre", a ironisé Mme Filippetti, qui ne demande cependant pas de sanction à l'égard de ceux qui ne veulent pas soutenir la campagne de M. Hamon.

"Je rappelle au passage", avait-il ajouté, "que Benoît Hamon a ourdi une motion de censure contre son propre gouvernement".

Il a regretté le choix de l'ex-Premier ministre de ne pas le parrainer, dénonçant "ce manquement à la parole donnée, ce mépris de l'expression démocratique qui exaspère tant le peuple" et fait selon lui le lit du "Brexit" et du vote Front national.

Benoît Hamon a été sévère avec le candidat d'En Marche!, dont il a moqué le projet sur le ton de l'ironie: "Vous êtes chômeurs, créez votre entreprise! Allez vous acheter un costume, diable!"

Après avoir fait respecter une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats de ces dernières années en France, le candidat socialiste a fait applaudir le président François Hollande, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, et le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian mais uniquement pour leur action contre le terrorisme. "Soyez un peuple fraternel, ouvert, respectueux, antiraciste". "Mais vous n'ignorez rien, désormais, de ma détermination".

Recommande: