Macron jugé le plus convaincant du premier débat TV

21 Mars, 2017, 07:42 | Auteur: Abel Leblanc
  • Macron et Fillon veulent croire que le premier débat télé de la présidentielle n’aura pas d’influence

À moins de cinq semaines du premier tour de la présidentielle, cinq des onze candidats se sont retrouvés, hier soir, sur TF1, le temps d'une confrontation inédite. La première est le tri effectué par TF1 entre les "grands" candidats crédités d'au moins 10% dans les sondages (Le Pen, Macron, Fillon, Hamon, Mélenchon) au détriment des six autres candidats validés samedi par le Conseil constitutionnel (Arthaud, Cheminade, Asselineau, Poutou, Dupont-Aignan, Lassalle). Il a également cherché à se démarquer du leader de la France insoumise, en particulier sur les questions internationales. Certains, comme Jean-Luc Mélenchon, s'en sortent avec une pirouette.

Marine Le Pen, dont le nom apparaît dans une enquête sur des emplois présumés fictifs au Parlement européen, a pour sa part insisté sur le "pantouflage", une pratique qui consiste à passer de la fonction publique à une entreprise privée. "Quand j'ai quelque chose à dire je le dis clairement, c'est mon habitude", a répliqué l'ancien ministre de l'Economie, passablement irrité. "Ces solutions que vous proposez sont des solutions qui ne seront pas mises en oeuvre (.) ou en tout cas ce sont des promesses qui, si elles étaient tenues, conduiront à la faillite".

L'autre indication importante de ce débat portera sur la stratégie adoptée par les candidats.

Emmanuel Macron a ainsi vigoureusement attaqué Marine Le Pen sur ses positions anti-européennes et pro-russes et dit vouloir préserver l'indépendance de la France "avec les moyens (.), loin de l'insulte à l'égard de l'Europe".

En réalité, ses deux principaux rivaux sont Jean-Luc Mélenchon, sur sa gauche, et Emmanuel Macron, au centre gauche. 'Le vrai serial killer du pouvoir d'achat, c'est Mme Le Pen avec la sortie de la zone euro', a lâché François Fillon. "Et Benoît Hamon d'expliquer sa proposition". Pour Jean-Luc Mélenchon, toutes les solutions visant à limiter l'immigration ne fonctionneront pas.

Là encore, Emmanuel Macron l'a interrompue pour lâcher: "Je crois que c'est encore pour moi".

Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon se sont donc succédés devant une classe d'enfants qui n'avaient pas leur langue dans leur poche. Sous-entendu Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen.

François Fillon, inculpé mi-mars pour 'détournement de fonds publics', est apparu à l'aise et à l'offensive dans les échanges. " Nous devons conserver notre indépendance", dit-il. Poussant la logique jusqu'à l'extrême, le discours du candidat en devenait parfois presque naïf: "Je suis très content, vraiment, pour toutes et tous ce soir: je suis très heureux d'être là avec vous", a-t-il déclaré le sourire au lèvre en début d'émission. Une critique que ce dernier a qualifiée de " diffamation ".

"Je ne vous fais pas parler et je n'ai pas besoin d'un ventriloque": accusé par Marine Le Pen d'être favorable au burkini, Emmanuel Macron a soudainement haussé le ton à l'adresse de la présidente du Front national. Le prochain débat, qui aura lieu le 4 avril, regroupera d'ailleurs les 11 candidats officiellement en lice dans cette élection.

Recommande: