La jordanienne Rima Khalaf quitte l'ONU la tête haute

21 Mars, 2017, 13:29 | Auteur: Valentin Naude

Et d'ajouter: " Nous nous attendions bien sûr à ce qu'Israël et ses alliés fassent pression sur le secrétaire-général de l'ONU pour qu'il désavoue le rapport et qu'il le retire ".

Basée à Beyrouth, la CESAO compte 18 pays arabes dont l'État de Palestine. "Je lui ai demandé de repenser sa décision, il a insisté, j'ai donc présenté ma démission des Nations unies ", a déclaré Khalaf vendredi pendant une conférence de presse à Beyrouth.

La publication du rapport et l'emploi du terme d'apartheid avait immédiatement suscité la colère d'Israël et des Etats-Unis.

Le rapport ajoute que "la division du peuple palestinien est la principale stratégie imposée par Israël dans cet apartheid, divisant les Palestiniens en quatre groupes soumis à la répression par des lois, les politiques et les pratiques qui sont discriminatoires, le rapport aurait été prouvé sur la base de la réalisation de la preuve scientifique qu' Israël était coupable de crime d'apartheid". Le porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric, a déclaré de son côté que ce document avait été publié sans consultation au sein du secrétariat de l'ONU. Le texte annonçant le rapport se trouve toujours sur le site internet de l'ESCWA mais le lien vers le rapport est rompu. Sa mise à l'écart des Nations unies n'a que trop tardé. Il est temps de mettre fin à cette pratique, où les responsables des Nations unies utilisent leur position pour faire avancer leur agenda anti-Israël. L'ambassadeur israélien Danny Danon a salué ce départ, estimant que les 'militants anti-israéliens n'avaient pas leur place à l'Onu'. Depuis des années, Khalaf œuvrait pour nuire à Israël et promouvoir le mouvement BDS. "Quand quelqu'un publie un rapport (.) diffamatoire au nom de l'ONU, il est pertinent que cette personne démissionne", a réagi Nikki Haley. Une décision justifiée par la demande du secrétaire général de retirer un rapport critique sur Israël.

Le rapport de la CESAO a été rédigé par Richard Falk, expert en droit international et ancien rapporteur des Nations unies pour les droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés, et Virginia Tilley, professeur de science politique et expert en affaires israéliennes.

Ses auteurs concluaient qu' "Israël a établi un régime d'apartheid qui institutionnalise systématiquement l'oppression raciale et la domination du peuple palestinien en général".

La démission de Rima Khalaf aussitôt acceptée par Antoni Guterres, les autorités israéliennes ne cachent pas leur joie.

Recommande: