Fillon loin derrière Macron, ça se confirme (dernier pointage) — Sondage présidentielle

21 Mars, 2017, 10:02 | Auteur: Eugenie Lecerf
  • LE PEN TOUJOURS DEVANT MACRON AU PREMIER TOUR

"Nous sommes 11 candidats, il y en a cinq ici, cela pose une question démocratique", a affirmé en préambule le candidat des Républicains, premier des cinq invités à s'exprimer pour ce débat d'avant premier tour. La France est à 34 jours du 1er tour de la présidentielle et l'incertitude des électeurs est grande. L'accusant d'être "droguée aux pages faits divers", Benoît Hamon a été le plus prompt à pointer ses propos "nauséabonds" et à dénoncer son "commerce électoral" sur la question de l'immigration.

Les autres chaînes ne sont pas en reste et deux autres débats vont être organisés. Marine Le Pen, n'ayant aucun maire ni parlementaire dans les AM, a fait le plein chez les conseillers régionaux frontistes. Une demande à laquelle Emmanuel Macron a rétorqué le droit à l'anonymat de ses donateurs. Quels sont les candidats qui sont prêts à imposer les multinationales en France, contre l'avis de l'Union européenne, et pas seulement pour les profits réalisés sur internet?

Jean-Luc Mélenchon a mis les rieurs et les révolutionnaires de son côté. On a souvent attaqué Emmanuel Macron en lui reprochant qu'il n'avait de structure régalienne, de connaissances, qu'il ne parlait que d'économie, et là on se rend compte qu'il a très bien travaillé ses dossiers.

Lui-même a été très critiqué par ses adversaires et fait l'objet d'une enquête judiciaire pour avoir recruté son épouse et deux de ses enfants comme assistants parlementaires - des emplois dont la réalité est mise en doute.

"Je tiens à ce que sur la moralisation de la vie publique, nous soyons intransigeants sur le poids des lobbies et de l'argent", a lancé le député des Yvelines.

Les journalistes de TF1 l'ont d'ailleurs bien aidé qui n'ont jamais contextualisé le cas. Pendant plus de 3h30, les arguments affûtés ont fusé, tout comme les piques et les polémiques. En termes de forme, il s'est montré le plus président. Lui qui a enjambé la case "primaire" n'a testé que quelques débats en tête-à-tête. Tout comme l'audience de ce débat qui s'est conclu après minuit. Poussant la logique jusqu'à l'extrême, le discours du candidat en devenait parfois presque naïf: "Je suis très content, vraiment, pour toutes et tous ce soir: je suis très heureux d'être là avec vous", a-t-il déclaré le sourire au lèvre en début d'émission. L'enjeu est réel. Car un Français sur deux n'a pas arrêté son choix.

7h10: selon les premiers sondages, c'est Emmanuel Macron qui a le mieux tiré son épingle du jeu lors de ce débat.

Plutôt à l'aise dans ce débat, Emmanuel Macron a essuyé quelques attaques, de la part de Marine Le Pen comme on l'a vu plus haut, mais également de Benoît Hamon, qui n'a pas hésité à revenir sur le financement de la campagne du candidat d'En marche.

L'intensité des recherches et l'intérêt des internautes ont oscillé pendant le débat. Un recours au conseil d'Etat a été déposé par le candidat souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, et les autres petits candidats vont désormais capitaliser au maximum sur cette discrimination pour exiger des compensations. "Sitôt élu, je convoquerai une assemblée constituante et elle redéfinira les règles, ce sera la fin de la monarchie présidentielle", a assené le candidat de gauche radicale, qui a mis en avant les dimensions écologique et sociale de son programme.

Recommande: