Ce qu'il faut retenir du premier débat télévisé — Présidentielle

21 Mars, 2017, 08:42 | Auteur: Eugenie Lecerf
  • Emmanuel Macron à Reims le 17 mars 2017

"Je suis libre, le financement est transparent", a alors répondu Emmanuel Macron. "Ne prenez pas ça à titre personnel", a eu beau tenter Marine Le Pen, son adversaire a poursuivi sur le registre de l'humour: "Non, pas du tout, parce que d'ailleurs ça n'était pas le cas".

L'exercice était inédit sous la Ve République.

Le débat va aborder trois grands thèmes - "Quel modèle de société?", "quel modèle économique?" et "quelle place pour la France dans le monde?" En retrait au début de l'émission, il a pris une place centrale dans le débat quand Marine Le Pen lui offert sur un plateau, cherchant à instaurer, d'ores et déjà, un duel de second tour.

Il a également concédé quelques points à Jean-Luc Mélenchon, par exemple au sujet du "salaire décent". "Si j'y étais (au PS), j'aurais été à la primaire, si j'y étais, je ne serais pas là aujourd'hui et si j'y étais, je n'aurais pas mené les combats que j'ai menés", a tenté de répliquer le candidat d'En marche! Il lui fallait ce regain d'énergie pour ferrailler avec Benoît Hamon, lorsque le débat glisse sur la transparence de la vie publique.

Deux autres débats sont prévus d'ici au 23 avril, l'un sur BFMTV et CNews le 4 avril, l'autre sur France 2 le 20 avril avec cette fois les onze candidats, dont l'absence a été regrettée par François Fillon, Benoît Hamon et Marine Le Pen. "Tous les Français savent ce que je pense de l'UE et de l'euro qui interdit patriotisme économique, le protectionnisme économique", a assumé la patronne du FN. Le candidat socialiste a en effet fait une allusion à "l'influence des lobbies et de l'argent".

Décidément, comme il dit, "c'est dur la vie politique". "C'est pour moi, donc je vais me permettre d'intervenir", contre-attaque Macron, qui "prend l'engagement de n'être tenu par personne".

Ambiance décontractée ce lundi soir dans ce bar de la rue du Faubourg de Saverne à Strasbourg pour les militants d'Emmanuel Macron. Il y a peu d'échange, les militants suivent mais se dérident enfin avec les phrases et les bons mots de Jean-Luc Mélenchon. Et de rappeler que "deux d'entre nous", François Fillon et Marine Le Pen, sont visés par la justice.

Emmanuel Macron s'est aussi vivement opposé à François Fillon sur la question des retraites. "Je ne vais pas me fatiguer à répondre à des critiques ad hominem".

Marine Le Pen, la présidente du Front National, qui a évoqué ensuite les "six candidats qui ne sont pas présents ce soir", a jugé que la chaîne "s'honorerait à organiser un débat dans les mêmes conditions" pour ces autres candidats à l'élection présidentielle.

C'est sans doute la plus violente attaque du débat, même si elle est passée un peu inaperçue sur le moment pour cause de brouhaha général.

Avantage Hamon et Fillon pour ce débat. Ou va-t-il au contraire composer un personnage plus compatible avec le centre comme l'aurait fait l'ancien premier ministre Manuel Valls, finaliste battu de la primaire du PS en janvier 2016? Réponse du candidat socialiste: "Avec vous, c'est 500.000 fonctionnaires en moins". "Vous êtes très fort en soustraction, moins en addition".

Recommande: